L’enquête 2013 du Babson Group montre une division croissante entre les universités qui offrent ou pas de la FAD

À chaque année depuis 2003, ce sondage des provosts et autres « chief academic officers » donne la « température de l’eau » quant au niveau d’engouement pour la formation à distance.  L’étude de cette année, Grade Change: Tracking Online Education in the Untied States, 2013, montre encore une progression de la FAD (quoique moindre), une division croissante entre les institutions américaines qui offrent ou pas de la FAD, ainsi qu’une tiédeur perceptible quant au réel potentiel des MOOC.

Des chiffres qui augmentent, mais ralentissent

D’après l’enquête, 7.1 millions d’étudiants (soit 33.5% de la population étudiante américaine) prenait au moins un cours à distance.  Cela correspondrait à 412 ooo de plus que l’année précédente.  « The annual growth rate of 6.1 percent, meanwhile, suggests the numbers could plateau in a few years. Although it outpaces the 1.2 percent growth rate of students enrolled in higher education, the rate is the lowest ever recorded in the survey’s lifetime. » (Straumsheim, 2014)

Toutefois, Steve Kolowich du Chronicle met le chiffre de 7.1 M en perspective.  Maintenant que le Département américain de l’éducation comptabilise aussi le nombre d’inscrits en FAD, on note qu’il a compté en 2012 5.5 millions d’étudiants, alors que le Babson Group en comptabilisait 6.7 millions l’an dernier.  Les chiffres du Département pour 2013 ne seront pas disponibles avant plusieurs mois, mais il y a fort à parier qu’ils seront plus modestes que ceux du Babson Survey Group, basés sur ce qu’ils récoltent auprès de leurs interviewés.  Les auteurs de l’enquête croient que certaines institutions comptent plusieurs fois des étudiants inscrits à plus d’un cours à distance.

« The reporting requirements for the department “are such that I would always trust their numbers over ours,” [Jeff Seaman, co-auteur de l’enquête Babson] wrote. “However, I still believe that the trends we have reported for the past 11 years are very much real.” (Kolowich, 2014a)

Une division croissante entre ceux qui offrent de la FAD… et ceux qui n’en veulent pas

Depuis les débuts du sondage en 2003, le nombre des institutions qui estiment que la FAD est un « élément essentiel de leur développement stratégique » augmente régulièrement jusqu’à atteindre le chiffre de 69.1 % en 2012.  Ce nombre a diminué à 65.9 % en 2013, dû essentiellement à l’opinion d’institutions sans offre de FAD.  Parmi ces dernières, seules 32.9 % estimaient que la FAD était un élément essentiel de leur développement en 2012.  Ce chiffre s’est effondré à 14.3 % pour 2013.   Elles n’en offrent pas et n’ont pas non plus l’intention d’en offrir.

Ce qui fait dire au journaliste Carl Straumsheim du Inside Higher Ed que « a divide is forming between institutions that offer online courses and degree programs and those that don’t. »

 “I think its better to call them the ‘have’ and the ‘don’t want’ — since the very beginning we have seen a group of institutions for which online was not a good fit (typically smaller schools and many of the traditional liberal arts institutions). This has not changed,” Jeff Seaman, co-director of the Babson Group, said in an email. “What has changed is they now have had a much more negative view about all aspects of online learning (its quality, its value, its role in higher ed, etc.).” (Straumsheim, 2014)

Points de vue tièdes sur les MOOC

Soit les chiffres suivants, qui montrent une tiédeur croissante envers les MOOC:

2012

2013

credentials for MOOC completion will cause confusion about higher-education degrees

55 %

64 %

MOOCs are important for institutions to learn about online pedagogy –
En Accord

50 %

44 %

MOOCs are important for institutions to learn about online pedagogy –
En désaccord

19 %

27 %

MOOC are not a sustainable method for offering courses.

26 %

39 %

  • Fifty three percent of institutions are undecided about MOOCs and 33% have no plans for a MOOC. These figures reflect little to no change from 2012, despite the deluge of press coverage MOOCs have experienced. [Pacansky-Brock, 2014]
  • Leaders at institutions offering MOOCs supported the following three objectives most for implementing them:
    • Increase Institution Visibility (27%)
    • Drive Student Recruitment (20%)
    • Innovative Pedagogy (18%)
    • Flexible Learning Opportunities (17%) [Pacansky-Brock, 2014]

« Virtually none of the respondents said MOOCs were meeting « very few » of their objectives, and a handful said the massive courses were succeeding. But 66 percent said it was « too early to tell. » » (Kolowich, 2014b, nos emphases)

Sources:

Kolowich, Steve, « Exactly How Many Students Take Online Courses », Wired Campus – Chronicle of Higher Education, 15 janvier 2014a
Kolowich, Steve, « Doubts About MOOCs Continue to Rise, Survey Finds », Chronicle of Higher Education, 15 janvier 2014b
Pacansky-Brock, Michelle, « 2013 Babson Report: More Online Growth in U.S. Higher Ed« , Teaching Without Walls, 16 janvier 2014
Straumsheim, Carl, « Tempered Expectations », Inside Higher Ed, 15 janvier 2014

 

 

 

Palmarès des 100 meilleurs outils pour la formation en ligne selon Jane Hart
Interne: maîtrise avec concentration en jeux vidéo et ludification à l'UQAM

Exprimez-vous !

*