États-Unis : le PhD en sciences humaines toujours sous la loupe

Plusieurs sessions du colloque annuel de la Modern Language Association (MLA, Chicago, 9-12 janvier 2014) ont porté sur le PhD en sciences humaines et sur la nécessité  d’examiner de près la situation des doctorants et des diplômés.

  • Les détenteurs d’un PhD en sciences humaines ont de la difficulté à se trouver un emploi.
    • Devrait-on réduire le nombre d’inscriptions dans des PhD en sciences humaines?  Surtout qu’il est impossible de soutenir financièrement tous les doctorants.
  • Le temps moyen pour obtenir un PhD en sciences humaines est de 9 ½ ans.
    • Est-ce qu’un meilleur encadrement pourrait réduire le temps des études doctorales?
  • La majorité des doctorants qui font un PhD en sciences humaines désirent faire une carrière dans le monde universitaire.
    • Les programmes de PhD ne devraient-ils pas offrir des cheminements vers d’autres types de carrière, dans lesquels le développement de certaines compétences professionnelles seraient visé?

L’article fait état de diverses positions et soulèvent quelques bonnes questions, dont celle-ci :  Purdy said that there are ethical issues with graduate program size that play out in different ways. There are ethical questions in « preparing people for jobs that don’t exist, » he said. But so too there is « an ethical obligation not to let a program disappear. »

Source – Jaschik, Scott.  The Third RailInside Higher Education.  13 janvier 2013.

Deux numéros spéciaux sur la publication scientifique et l’intégrité en recherche par Editors’ Update
Un doctorat industriel?

Exprimez-vous !

*