Formation continue Point chaud / en émergence Tendances sociétales

À quoi sert l’attestation d’un MOOC? Des étudiants répondent

Fort de l’expérience d’avoir enseigné un MOOC, Owen Youngman, professeur de stratégie en médias numériques à la Medill School of Journalism, Media, Integrated Marketing Communications de l’Université Northwestern, s’interroge quant aux liens entre « accréditation » et « formation ».  Comme il l’expose bien, ces deux activités ne vont pas nécessairement de pair dans le cas d’un MOOC.

Des 55 000 étudiants inscrits à son cours, 19 000 se sont “présentés en classe” (virtuellement), 2400 ont remis des devoirs et 1 196 (dans 87 pays) ont atteint ou dépassé la note de 70 % leur permettant de recevoir une “attestation de complétion” (statement of accomplishment).  Youngman se demande quelle est la valeur de ce papier et ce qu’en feront les étudiants.  Il a donc choisi de le leur demander.  Plus de 800 ont répondu à un court sondage :

  • 90 % des répondants avaient déjà un diplôme universitaire (quatre ans de scolarité);
  • 89 % estiment que d’avoir suivi le MOOC  les amène à se sentir “plus intelligent, mieux éduqué et mieux informé”;
  • 73 % (des 755 qui ont répondu à cette question) prévoyaient ajouter leur participation au MOOC à un CV ou à un profil d’employabilité en ligne.

Par ailleurs, il a pu cibler les commentaires suivants dans les 25 000 interventions sur les forums de discussion de son cours:

  • “Work is scarce and every little bit helps, so that’s the main reason I’m focusing on getting a certificate. The efforts are the same, but the proof of them will help me along.”
  • “I hope anyone who reads these [certificates] also appreciate and give credit to the discipline and diligence it took to ace the quizzes and complete these courses.”
  • “As an employer, I would not recruit anyone based on MOOC certificates, but I would accept that someone who has them has a genuine interest in further education.”
  • “At the end of the day people aren’t going to challenge you on the certificate, they are going to challenge you on your ideas, which you can develop throughout the course.”
  • “I post all courses [on LinkedIn] because I think it shows I’m committed to continuing education. The topics I choose to study say something about my interests.”

Tout cela fait dire au professeur Youngman que, accréditation ou pas, les participants qui ont complété son MOOC attribuent une valeur au temps, au travail, à l’effort et aux acquis associés à ce cours.  Cette valeur n’est pas pour remplacer leurs compétences précédemment acquises.  La question pour lui est de savoir si les employeurs suivront et il croit que oui: « When browsing a résumé at high speed, will managers who see university names like Northwestern, Stanford, and Penn dismiss their inclusion with a quick “Oh, never mind, that was free”? »

Source: Youngman,Owen,« To Measure a MOOC’s Value, Just Ask Students », The Chronicle of Higher Education, 9 décembre 2013

Udacity, un des premiers fournisseurs, abandonne les MOOC universitaires
Les MOOC sont des cours et sept autres mythes sur l'apprentissage numérique

À propos de l'auteur

Jean-Sébastien Dubé

Jean-Sébastien Dubé

Laisser un commentaire

ultricies Nullam luctus massa facilisis commodo at libero vel, Praesent elit.