Les MOOC sont des cours et sept autres mythes sur l’apprentissage numérique

Le blogueur britannique Donald Clark revient sur l’idée que les MOOC ne sont pas des cours (idée que nous avions repris d’Alison Byerly en novembre 2012).  Clark expose ce qu’il considère comme 8 mythes associés aux MOOC  et qui devraient nous inciter à revoir notre manière de les appréhender [une traduction très libre suit]:

Mythe #1:  Les MOOC sont des cours
Les MOOC sont du contenu gratuit en ligne, pas des cours.  Ils sont le contraire d’une offre élitiste, restrictive, rare et tributaire du temps et de l’espace.  Ils sont ouverts, en ligne, abondants pour répondre à la demande massive, en tout temps et tous lieux.

Mythe #2: Les MOOC ont des taux d’abandons catastrophiques
Selon Clark, l’abandon n’est pas un problème des MOOC.  Les gens ne les abandonnent pas tant qu’ils s’y joignent spontanément et les laissent quand ils ont obtenu ce dont ils avaient de besoin.  Dans ses mots: « flips drop-out to drop-in » « Completion is not always desirable. It is not the goal. »

Mythe #3: Les MOOC concernent de jeunes étudiants de 18 ans en formation initiale
Les MOOC sont davantage l’affaire d’étudiants tout au long de la vie, en milieu de travail ou de bénévolat, à l’école secondaire ou pour de la formation en entreprise.  Ils ont peu à voir avec l’enseignement supérieur.

Mythe #4: Les MOOC sont des captations de cours magistraux
On doit convertir les cours magistraux d’une heure en courtes capsules de 5 minutes, qui pourront être consultées au besoin et autant de fois que nécessaire.

Mythe #5: Les MOOC sont difficiles à certifier
La certification n’est pas souvent le but d’un MOOC.  D’après Clark, les gens y apprennent pour le seul plaisir d’apprendre.  On y développe de nouvelles manières d’évaluer (par les pairs, évaluation automatisée ou surveillance à distance).

Mythe #6: Les MOOC sont des ENA
Contrairement aux environnements numériques d’apprentissage (ENA) propriétaires comme Blackboard ou Desire2Learn, Clark estime que les MOOC reposent sur du code ouvert (du moins ceux à but non lucratif) et des logiciels d’accès commun.

Mythe #7: Les MOOC ne permettent pas de bien évaluer
Grâce aux learning analytics, les MOOC offrent de la rétroaction personnalisée et du développement de compétences plutôt que des examens sommatifs et du temps de contact requis.

Mythe #8: Les MOOC sont difficiles à monétiser
Au lieu de revenus importants associés aux subventions, les MOOC donnent l’opportunité de multiplier les sources de revenus en offrant de la formation à faible coût: paiements pour de la certification, grand nombre d’apprenants, commandites, etc.

Et Donald Clark de conclure en comparant les MOOC à Wikipedia et à YouTube:

« I simply ask you to flip your mind and see MOOCs not as courses but free content. In this respect, it’s more like Wikipedia and YouTube, both massive learning tools, used by hundreds of millions of learners. We don’t talk about drop-out in Wikipedia or YouTube. What they talk about are drop-ins – the huge amount of real use. »

Source: Clark, Donald, « MOOCs: the C***** word is the problem!« , Donald Clark Plan B, 7 décembre 2013.

À quoi sert l'attestation d'un MOOC? Des étudiants répondent
Nathan Académie: des jeux sérieux pour l'enseignement supérieur

Exprimez-vous !

*