Publication scientifique : une pratique visant à multiplier le nombre d’articles

La pratique de la publication salami, ou LPU (Least Publishable Unit), n’est pas nouvelle.  Déjà en 1993, Serge Larivée  abordait cette question dans son livre La science au-dessus de tout soupçon : [l]e LPU réfère à la fragmentation des données afin de les publier en de multiples petits articles au lieu de les publier dans un article plus substantiel.

Cette fragmentation présente deux avantages, toujours selon Larivée : [d]’une part, elle permet aux chercheurs qui travaillent en équipe d’apparaître plus souvent comme premier auteur et, d’autre part, elle constitue un bon moyen pour allonger la liste des publications […].

Hervé Maisonneuve a ramené la question sur son blogue en répondant à une question que lui posait un évaluateur et mentionne que le LPU a une entrée sur Wikipédia!

Sources

Maisonneuve, Hervé.  Salami ou LPU, ou SPU, ou MPU, ou publon : vous connaissez tous ! Mais que cache ce jargon ?  Rédaction médicale et scientifique (blogue).  25 octobre 2013.

Larivée, Serge.  La science au-dessus de tout soupçon.  Éditions du Méridien.  1993.  276 pages.

Interne: Nouveau site sur les études doctorales et postdoctorales à McGill
Au tour de l’Université de Toulouse : thèse plagiée et contexte discutable

Exprimez-vous !

*