La relation professeur-étudiant et l’utilisation des technologies

Dans un billet rafraîchissant intitulé « Computers are no substitute for good teachers », rédigé en préparation à sa participation à la conférence annuelle d’EDUCAUSE (15 au 18 octobre prochain), Tim Chester présente une intéressante réflexion face aux « ruptures » annoncées par l’intégration accélérée de technologies. À son avis, lesdites « ruptures » n’ont pas encore réussi à répondre aux défis qui se présentent aux institutions d’enseignement supérieur (améliorer l’accès aux études, bien préparer les nouveaux étudiants, diminuer le coût des études, bien préparer les étudiants aux cycles supérieurs, etc.).

Selon Chester, la relation entre professeurs et étudiants doit demeurer centrale à l’expérience de l’apprentissage.   Cette relation permet bien sûr la transmission de connaissances, mais l’enseignant facilite aussi chez l’étudiant le développement d’une pensée critique utile à la construction de nouvelles connaissances.  À ce titre, les technologies peuvent certainement contribuer à faciliter une collaboration plus étroite entre les différents acteurs mais ne peuvent se substituer au rôle de l’enseignant.

Chester souligne avec justesse l’importance de se questionner sur une tendance observée en lien avec le développement de la formation à distance: la volonté de certaines institutions à favoriser la mise  en valeur d’un produit auprès d’une clientèle élargie dans un souci d’efficacité et d’économie d’échelle.  Cette voie peut mener à une certaine banalisation du produit.  La connaissance se trouvant maintenant littéralement partout, il est d’autant plus important de souligner le rôle de la relation professeur-étudiant et la nécessité d’établir des liens entre les différents participants de façon à encourager la collaboration et atteindre les objectifs poursuivis par l’activité pédagogique.

L’auteur conclu en mentionnant qu’il va surveiller les présentations et les produits qui facilitent la collaboration et la transformation du processus d’apprentissage, incluant des thématiques que nous avons déjà abordées dans différents billets sur L’Éveilleur, soient la transformation de la salle de classe traditionnelle, la gestion du changement dans le rôle de l’enseignant et l’utilisation des données (analytiques de l’apprentissage) pour mieux évaluer les compétences chez les étudiants.

Source: Chester, T. M., « Computer are no substitute for good teachers », EDUCAUSE blog, 7 octobre 2013.

 

 

Treize minutes : des conférences vidéos françaises à la manière TED
Littératie numérique: le Canada supérieur à la moyenne des pays de l'OCDE

Exprimez-vous !

*