RePAIR : un programme de réhabilitation à l’intention des chercheurs condamnés pour inconduite en recherche

La multiplication des cas de fraude en recherche est devenue un sujet de grande préoccupation dans le milieu scientifique.  Certains reconnaissent qu’une formation à l’intégrité en recherche, comme moyen de prévention, n’est plus suffisante pour enrayer le problème; le bannissement du monde scientifique de tous les chercheurs condamnés pour inconduite en recherche ne constitue pas non plus une solution viable.

James DuBois, éthicien à l’Université Saint Louis, dirige le programme RePAIR (Restoring Professionalism and Integrity in Research) (Brochure) et pourrait bien voir sa clientèle augmenter de façon importante puisque le US Office of Research of Integrity (ORI) a reçu 419 allégations d’inconduite en recherche en 2012 soit le double de 2011.  Selon le directeur de l’ORI, David Wright, cette augmentation pourrait être attribuable au recours à des logiciels permettant de détecter le plagiat et la manipulation d’images.

DuBois a reçu une subvention de 500K$ de la NIH (National Institutes of Health) pour développer RePAIR.  L’octroi de cette subvention est décriée par plusieurs chercheurs qui questionnent le bien-fondé d’un tel programme.  Nicholas Steneck, un éthicien de l’Université du Michigan à Ann Harbor, se demande s’il n’aurait pas été plus profitable d’avoir investi cet argent dans des mesures de prévention de l’inconduite en recherche.

La communauté scientifique est divisée sur cette question pour le moins complexe.  La gravité des inconduites varie grandement.  Selon Wright (ORI), le programme pourrait convenir à des cas d’inconduite « légers » : omission de révéler un conflit d’intérêt, l’autoplagiat ou la duplication, par exemple.

À suivre…

Sources:

Cressey, Daniel.  « Rehab » helps errant researchers return to the lab.  Nature.  8 janvier 2013.

Cossins, Dan.  Reforming Research CheatsThe Scientist.  9 janvier 2013.

Interne: Laval - deux nouveaux profils au baccalauréat : recherche et distinction
Pour contrer la fraude dans les article scientifiques : un 4e critère pour être auteur et la signature d’une déclaration de transparence

Exprimez-vous !

*