«Flipped classroom»: une expérience de difficultés et de réajustements

En écho à plusieurs billets traitant de la «classe inversée», Éducavox propose à son tour le bilan d’expérience de David Bouchillon (professeur au collège Aliénor d’Aquitaine) qui a réussi à inverser ses six classes d’histoire-géographie.

En préambule, le professeur Bouchillon admet d’emblée avoir commis toutes les erreurs du débutant. Ainsi, pour la rentrée 2012, souhaitant y aller de façon progressive en préservant certains acquis, il opte pour une démarche hybride de la «classe inversée». En préparation à chaque cours, des ressources documentaires intégrales sont proposées. En classe, des mises en activités sont vécues, suivies d’une reprise commune (mise en commun) et de production d’une trace écrite au besoin (réalisée par le professeur). De plus, comme l’intention de Bouchillon est d’y aller progressivement pour ne pas mettre l’emphase sur la méthode elle-même, il décide de ne pas informer les étudiants du «léger» changement qu’il s’apprête à leur faire vivre.

Très vite, il est confronté à des difficultés tant organisationnelles (le temps de cours ne suffit pas pour la réalisation des activités réalisées individuellement et de la mise en commun), que techniques (les ressources documentaires choisies sont en des versions intégrales, i.e. longues et difficiles à télécharger). En novembre, Bouchillon n’a d’autre choix que de revoir sa stratégie d’intégration. Croyant toujours aux bénéfices de la «classe inversée», il décide d’embrasser franchement l’approche.

Voici la liste des éléments qu’il met en place pour redresser la situation :

  1. présentation de la démarche de «classe inversée» aux étudiants (avec ressources en ligne à visionner avant chaque cours, activités permanentes en classe, etc.).
  2. «remasterisation» de toutes les ressources documentaires en courtes vidéos de 5-6 minutes maximum (idéalement 3 minutes)
  3. utilisation du service Teachem (qui un peu à la manière de TED Ed permet la mise en ligne d’extraits vidéos commentés) associé à un formulaire Google pour vérifier la compréhension des étudiants
  4. présentation au début de chaque cours, des objectifs poursuivis par l’activité prévue en classe
  5. élimination des activités individuelles
  6. mise en place d’activités de groupe où le professeur tient le rôle de guide-facilitateur
  7. élimination de la période de reprise commune qui devient inutile de par une meilleure gestion des activités de groupe
  8. variation des types d’activités, multiplication des formules, intégration des TIC afin de conserver motivation et intérêt
  9. mise en place d’un système d’évaluation qui valorise la participation, tient compte de la capacité à travailler en équipe, de la responsabilité de l’étudiant face à ses propres apprentissages et intègre l’auto-évaluation
  10. choix d’un outil qui permet l’hébergement de ressources et des activités, la prise de notes et un certain suivi (Calaméo est l’outil retenu par Bouchillon)

Les derniers mots de David Bouchillon sont éloquents : «Au final, cette expérience d’une année de classe inversée fut extrêmement enrichissante, un professeur ravi, des élèves qui paraissent convaincus et en progrès. L’année prochaine sera une année d’améliorations, de corrections mais surtout pas de retour en arrière».

D’excellents points qui sont autant de guides pour ceux et celles qui veulent intégrer le modèle et s’épargner les erreurs que d’autres ont déjà éprouvées.

J’ajouterais, comme l’explique si bien Robert Talbert dans son billet «What’s different about the inverted classroom», que l’essence même de la «classe inversée» réside beaucoup plus dans l’intention avouée d’amener chaque étudiant à devenir, à travers toutes les activités vécues à l’extérieur ou à l’intérieur de la classe, un apprenant conscient et responsable de ses apprentissages.

Sources:

Bouchillon, David, «La classe inversée, bilan d’une expérience», Éducavox, 16 juin 2013.

Site de Teachem

Site de Calaméo

Morin, Yves, «Pédagogie inversée et TIC», Éducavox, 16 août 2013.

Talbert, Robert, «What’s different about the inverted classroom», Casting Out Nines, 6 août 2013.

Frenette, Claude, «La classe inversée», Récit de l’enseignement privé, 12 novembre 2012.

 

Interne: ViTaL pour Video in Teaching and Learning
Portables en classe: les écrans nuiraient aux résultats des étudiants environants

Exprimez-vous !

*