L’entreprise idéale où travailler d’après les étudiants français

En France, les firmes Deloitte et JobTeaser ont réalisé une étude du 11 mars au 7 avril 2013, au travers d’un sondage en ligne auprès de
1 065 étudiants, dont 68 % suivent une formation en école de commerce, 10 % sont ingénieurs et 15 % effectuent un parcours universitaire.

L’objectif : établir le portrait-robot de l’entreprise dont rêvent les futurs diplômés pour adapter les pratiques de recrutement.  Il nous a semblé qu’il était intéressant de connaître les aspirations de cette génération en matière d’emploi.

Cette entreprise idéale…

  • est de taille moyenne (41 %; contre 39 % pour les grandes entreprises et seulement 20 % pour les petites boîtes).
  • offre un environnement de travail international (81 %)… ce qui est plutôt l’apanage des grandes entreprises.
  • opère dans le secteur des services (21 %) ou de la haute technologie (11 %).  Les banques n’attirent plus.
    • Par contre, la direction des finances au sein d’une entreprise demeure la voie choisie par un quart des répondants, contre 20 % pour le marketing et les communications.
  • valorise l’esprit d’équipe et la communauté (28 %).
    • En seconde et troisième places viennent « savoir-faire, qualité de service, satisfaction du client » (18 %) et « transparence, partage d’information » (11 %)
    • La « créativité, innovation » passe de 14 % en 2012 à 7 % en 2013
  • offre des bureaux semi-fermés (65 %) en guise d’environnement de travail.
    • Les bureaux fermés n’ont plus la cote (16 %), ni les espaces ouverts (19 %)
  • offre de la flexibilité quant à l’organisation du travail entre la maison et le bureau (96 %) et au niveau des horaires (83 %).
    • Seuls 4 % rêvent de télé-travail complet.
  • Le mode de gestion privilégié est « participatif » (72 %) à la fois « relationnel » et  « peu organisationnel »
    • 29 % souhaite un gestionnaire « organisateur », tandis que 21 % souhaite un « promoteur ».
  • L’intérêt du travail à y faire (35 %)  prime sur les opportunités de développement de carrière (26 %) et le monétaire (23 %).
  • On aimerait cependant que la rémunération puisse inclure « une part variable en plus du fixe mais aussi une participation aux bénéfices de l’entreprise ».
  • « Accro aux nouvelles technologies, cette génération souhaite néanmoins réhumaniser l’entreprise en mettant les relations humaines au cœur du fonctionnement de l’entreprise (management, carrière, travail). »
  • « Cette génération n’est pas individualiste mais dans une recherche d’individualisation, de reconnaissance individuelle, et ce dès le recrutement. Les entreprises l’ont bien compris en cherchant à proposer davantage de parcours professionnels adaptés aux attentes de chacun (« parcours choisis »). »

Sources:

Deloitte/JobTeaser, « L’entreprise idéale de demain; entre idéalisme et pragmatisme« , 23 avril 2013

Renou, Fabien, « L’entreprise idéale de demain : de quoi rêvent les étudiants », Le Journal du Net, 24 avril 2013

 

Un site d'information sur les droits d'auteur et la culture numérique pour la formation des maîtres
Les étudiants liraient davantage... les médias sociaux

Exprimez-vous !

*