De nouvelles façons de communiquer ses travaux de recherche

On connaît la thèse en 180 secondes (3MT© : Three Minute Thesis), qui est née à l’Université de Queensland, en Australie.  Il s’agit de présenter sa thèse en trois minutes dans un langage accessible à toutes et tous.  Tout un défi, qui gagne en popularité.  La formule a été reprise par l’ACFAS en 2012 et a fait un tel tabac qu’elle est de nouveau dans la programmation de cette année.  Cette activité constitue la grande finale de plusieurs concours qui ont été tenus dans les universités participantes.  À  l’Université de Sherbrooke, le concours a eu lieu le 24 avril dernier et le représentant UdeS à la finale québécoise est Philippe Beauchamp, étudiant au Département de génie électrique et de génie informatique.

Il existe d’autres façons de présenter ses travaux de recherche.  Laura (pas de nom de famille) a répertorié 5 façons de présenter sa thèse :

  1. la raconter à un enfant de 5 ans;
  2. la danser –  l’Oregon State University est l’hôte du concours de 2013.  La prestigieuse revue Science a consacré un article aux gagnants de 2012 : http://news.sciencemag.org/sciencenow/2012/10/dance-your-phd-and-the-winner-is.html
  3. la peindre – un groupe de scientifiques l’ont fait en 2009 pour la Nuit des chercheurs européens, qui avait lieu à Vienne.   L’événement a été filmé.
  4. la photographier – la University College London tient un concours annuel intitulé research as art.
  5. en faire un jeu –  Le Wellcome trust tient un concours intitulé Gamify your PhD.

Vulgariser la science peut également se faire en chanson et en faire une vidéo, comme l’a fait l’étudiant Wilson Lam, de l’Université d’Ottawa, sur la transformation des hydrates de carbone en énergie : TCA Cycle.

Par ailleurs, le site PhD comics, bien connu de certains pour ses bandes dessinées sur la réalité des études doctorales de type recherche, a créé PHD TV, où il est possible de visionner des idées, des histoires, des personnalités de chercheurs et d’experts sous différents formats :

En fait, les exemples pourraient se multiplier à l’infini.  Les divers outils numériques permettent aujourd’hui de rendre compte de la recherche scientifique comme jamais encore il n’avait été possible et, d’une certaine façon, facile de le faire.   C’est un constat qui est à rapprocher de celui du recours, encore timide mais prometteur, à des outils numériques pour faire de la recherche en sciences humaines et ainsi la rendre plus visible, plus accessible.  Voir à ce sujet la dépêche Les ressources numériques au service des recherches et des thèses en sciences humaines, du 27 mars dernier.

Source:  Laura.  Five Unsual Ways to Present your Thesis.  TopUniversities.  18 février 2013.

Les étudiants liraient davantage... les médias sociaux
Comment éviter de saboter sa carrière universitaire - l'enseignement n'est pas un enjeu

Commentaires

  1. dgenest a écrit:

    Merci Sonia pour ce rafraîchissant article sur la recherche dans tous ses états!!

    Je contribue à ce florilège avec un petit exemple tout Irlandais de l’union entre la science et la chanson :
    http://www.youtube.com/watch?v=L6dzUOYTQtQ

    Let’s drink to that!

Exprimez-vous !

*