Livres numériques: Comment entrer sur les campus?

Suggéré par Sonia Morin:  Un article de Joshua Kim qui anime le blogue « Technology and Learning » sur le site Inside Higher Ed suggère à Amazon et autres producteurs de livres numériques des trucs afin de pénétrer le marché universitaire et d’éviter les erreurs commises par les industriels de la musique.  Il a quelques très bonnes formules:

The good news for publishing companies and Amazon is that a future is coming where students will prefer their books in digital format. The bad news for publishing companies and Amazon is that a future is coming where students will prefer their books in digital format.

[…]

If a student can get her digital book, in the format she wants and readable on the device she has, from her college library then she will not resort to pirated downloads. She will not develop the habit of illegal book file downloading, and the culture around illegal downloading will not develop. However, if the e-books are not available from her college library then download she will!

J’allais objecter que je n’étais pas sûr que les bibliothèques universitaires soient le meilleur endroit pour les éditeurs numériques où s’implanter, mais une commentatrice l’a fait à ma place…

The natural partners for e-textbook publishers on campus are not the libraries but the college bookstores, and indeed this cooperation has already been going on for some time with e-textbooks. Libraries are not used to engaging in e-commerce and do not have the staffing, procedures, and computer mechanisms to engage in this business. Libraries may, however, have a role in fostering the further development of « open access » textbooks, which are beginning to proliferate in greater numbers every year. As for Amazon’s current dominance of the market for e-books, this will change overnight if and when the Google Settlement is approved–and that is why Amazon is among the strongest opponents of the Settlement!

À preuve, un autre article suggéré par Sonia fait état du fait que « Le 30 septembre, Zone Coopérative de l’Université Laval signait une entente avec Sony Canada et l’Association nationale des éditeurs de livres du Québec  (ANEL), faisant d’elle une pionnière dans le téléchargement en ligne de livres éducationnels francophones. »  L’article où l’on interroge René Audet, un spécialiste de l’Université Laval, est par ailleurs intéressant.  On y apprend notamment que, d’ici 5 ans, 10 à 15 % du marché du livre mondial serait numérique.  Par ailleurs,

Le créneau des ouvrages de référence risque de se développer beaucoup plus rapidement que celui des ouvrages de littérature, en raison des usages spécifiques de ces livres et de la valeur sentimentale encore rattachée au livre papier.

Êtes-vous présentable ?
Instapaper : remettre à plus tard ses lectures en ligne

Exprimez-vous !

*