Trop-plein de nouvelles sur les MOOC (MOOC2Degree, Antioch University et cie)

Dans un billet récent, Tony Bates fait écho aux sentiments d’une partie de notre équipe de veille quant aux MOOC:

« …Many other interesting things are happening and these are being drowned out by the hysteria and hyperbole surrounding MOOCs. It seems any new development in online learning has to be called a MOOC to get any recognition (even if it is neither massive nor open).

We need to get back to a sense of proportion here. It’s not the number of enrolments that matters, but the learning that takes place. For-credit online programs have had to prove that students can learn just as well online as on campus. There is over 20 years experience of what works and what doesn’t in credit-based online learning that is being ignored in most (but not all) MOOC developments…. »

Après notre dossier sur les MOOC dans le Perspectives SSF, on aurait aimé porter notre attention sur autre chose mais l’actualité des MOOC évolue si vite qu’il est difficile de ne pas la suivre. Outre les MOOC développés dans d’autres pays que les États-Unis (auxquels il faut maintenant ajouter les Pays-Bas) et la recommandation d’accrédition de l’ACE dont nous avons parlé récemment, ces autres nouvelles ont capté notre attention:

– Bates évoque le programme MOOC2Degree de la compagnie Academic Partnerships auquel ont déjà adhéré 8 universités (Cleveland State, Florida International, Lamar, Utah State,  ainsi que les universités d’Arkansas, de Cincinnati, du Texas à Arlington et de West Florida).

***Dans ce modèle, la compagnie rend accessible gratuitement à qui le veut les cours en ligne existants d’une institution, les transformant en MOOC.  Si l’étudiant réussit le cours, il obtient des crédits et est admis dans le programme.  La perte de revenus du cours est compensée par une augmentation du recrutement alors que les crédits obtenus sont parfois l’incitatif qui amènent des étudiants à entreprendre des études. ***

– La décision récente de Georgia State University d’évaluer les MOOC en mode « reconnaissance des acquis »: « This represents a decision by Georgia State to consider MOOC courses in the way we consider every other course — whether they provide a good education for our students ».

– Pour ce qui est de l’entente entre San Jose State University et Udacity pour offrir des cours d’entrée de 150 $ à des cohortes de maximum 100 étudiants, voici ce que Bates en dit: « My question is: why is this a MOOC? It’s not massive and it’s not open and it’s not free. This sounds very similar to many existing programs aimed at enabling more open access to otherwise ‘closed’ programs, such as prior learning assessment. »

– Cela me fait réaliser que nous avons très peu parlé de l’entente signée en octobre 2012 entre Antioch University et Coursera. Selon ce modèle, la compagnie offre en licence des MOOC avec des contenus de grandes universités (Duke, U of Pennsylvania) à Antioch.  L’université Antioch accompagne les étudiants et offre des crédits en vue d’un baccalauréat à moindre coûts que d’autres institutions.  De tels cours viennent de débuter en janvier.

– Quant à l’effort requis pour développer un MOOC, Arie K. den Boon, professeur de communications et initiateur du premier MOOC de l’Université de Amsterdam, en donne un aperçu, en mentionnant que la préparation démarrée en mai 2012 devait mener à un cours en septembre ou octobre de la même année.  Dans les faits, den Boon espère que le cours pourra commencer fin février 2013:

« …We never expected we would have so many colleagues [13] working on the project. It seemed quite simple to set up a course with video. […] The first 30 seconds of the introduction took us a full day just to get right. The course was a replicate of the off line course Rutger [de Graaf, un collègue de l’auteur] was giving, but a MOOC is different, much more compact, and in need of a different narrative. […] Making a MOOC is like moving a mountain. We now have a production team of 4, an editorial board of 4, designers and PR people, project managers, staff of the College of Communication and the Graduate School, the IT team […], etc. We have internal people on the job, but also some external people, which I think is very healthy for both speed and thoroughness. »

Sources:

Bates, Tony, « Keeping up with MOOC developments« , Online Learning and Distance Education Resources, 5 février 2013.

den Boon, Arie K., « The making of a MOOC at the University of Amsterdam« , Inside Higher Ed, 5 février 2013

Jaschik, Scott, « MOOCs for Credit« , Inside Higher Ed, 23 janvier 2013

Kim, Joshua, « Q&A with Randy Best on MOOC2Degree« , Inside Higher Ed, 24 janvier 2013

Kolowich, Steve, « MOOCs for Credit« , Inside Higher Ed, 29 octobre 2012

Lewin, Tamar et John Markoff, «California to Give Web Courses a Big Trial», The New York Times, 15 janvier 2013.

Nelson, Sharleen, « MOOC Initiative Opens Doors to College Degree Programs« , Campus Technology, 24 janvier 2013.

Création d'un espace collaboratif dans Moodle: retour d'expérience des bibliothèques universitaires de Paris Descartes
Quand un MOOC se casse la gueule

Exprimez-vous !

*