L’apprentissage personnalisé : quelques bémols

Will Richardson a fait paraître sur son blogue éponyme une dépêche sur l’apprentissage personnalisé.  En fait, il cite un texte de James Paul Gee qui remet en question l’apprentissage personnalisé que permettent certaines plateformes Internet.

Gee avance que les étudiants qui n’auront jamais eu à relever des défis, qui n’auront jamais eu à développer de nouvelles façons d’apprendre, et qui n’auront jamais été confrontés à des échecs risquent fort bien de devenir des adultes mal outillés pour réussir dans la vie.  La réussite dans la société actuelle, complexe et en constant changement, demande non seulement une bonne dose de collaboration, d’intelligence collective et d’équipes ingénieuses sachant utiliser des outils ingénieux mais également une capacité à faire face à toutes sortes de crises, à faire preuve de persévérance face à des difficultés et au-delà des échecs, à apprendre de nouveaux savoirs et de nouvelles façons d’apprendre, à conjuguer ses compétences et habiletés à celles des autres.

Pour Gee, la personnalisation de l’apprentissage grâce aux plateformes d’apprentissage personnel, notamment, a des limites, une opinion qu’endosse Richardson.

Source – Richardson, Will. The Problem with « Personalized Learning ».  Will Richardson (blogue).  16 janvier 2013.

 

 

Les technologies contribuent-elles vraiment à l'apprentissage dans les universités?
Coursera "startup" de l'année 2012, selon TechCrunch

Commentaires

  1. Intéressant point de vue, mais qui pourrait certainement être questionné sur la base de comment on définit la personnalisation dans un contexte d’apprentissage (qui me semble réduit ici à « apprentissage autonome »). Je crois que notre collègue Jean-Sébastien pourrait faire des liens intéressants avec la « gamification » et les récompenses qui peuvent être liées à l’accomplissement d’objectifs précis…

Exprimez-vous !

*