Inflation des notes : baisse des critères d’évaluation ou amélioration des étudiants?

Un billet précédent rapportait les résultats d’une étude de 2011 qui observait une tendance à l’inflation des notes universitaires depuis les années 1960. Au-delà de cette étude de 2011, il semble que ce phénomène soit largement documenté par d’autres études et ce, depuis depuis des décennies. Une question demeure en suspens : les notes élevées sont-elles devenues plus fréquentes par la baisse des critères d’évaluation ou par l’amélioration des étudiants? Une nouvelle étude (Mostrom et Blumberg, 2012) indique que l’amélioration des étudiants serait une explication valable dans le cas où des méthodes pédagogiques améliorées ont été implantées. Ce point de vue contraste avec l’interprétation habituelle selon laquelle c’est l’évaluation qui est plus laxiste.

En s’appuyant sur des études ayant utilisé 4 stratégies différentes de comparaison rigoureuse de l’enseignement magistral traditionnel avec l’enseignement centré sur l’apprenant (1), ils concluent que quand on implante une approche pédagogique centrée sur l’apprenant, l’amélioration des résultats est bel et bien due à une amélioration des apprentissages.

Évidemment, ça ne règle pas la question de savoir dans quelle proportion le phénomène nommé « inflation des notes » est attribuable à l’amélioration des étudiants (soit par l’implantation de meilleures méthodes pédagogiques, soit par d’autres facteurs) et dans quelle proportion il est dû à une diminution des critères d’évaluation (elle-même expliquée par divers facteurs). Les auteurs citent des études qui indiquent que les deux phénomènes existent. Il faut donc plus de recherche pour identifier la part qui est l’amélioration des étudiants et la part qui vient d’autres facteurs dans ce phénomène complexe.

Pour aider à faire la part des choses, les auteurs proposent de distinguer l’inflation des notes, expression à connotation négative qui évoque la baisse des critères, de l’amélioration des notes, expression qu’ils estiment plus juste pour décrire les cas où les apprentissages ont effectivement progressé sans baise des critères d’évaluation.

(1) La lecture de l’article original permet d’apprendre les caractéristiques que les auteurs retiennent pour définir ce qu’est une approche centrée sur l’apprenant.

Source:
Mostrom, Alison, & Blumberg, Phyllis, « Does Learning-Centered Teaching Promote Grade Improvement?», Innovative Higher Education, 1-9. doi: 10.1007/s10755-012-9216-1

_Je ne suis pas une PME_ de Normand Baillargeon: plaidoyer pour une université qui n'existe plus?
Un petit inventaire vidéo sur la «flipped classroom»

Exprimez-vous !

*