Faible diplomation américaine: l’équation de Bill Gates

The Atlantic publiait le 15 novembre dernier une présentation PowerPoint de Bill Gates où il résume son analyse des problèmes du système d’enseignement supérieur aux États-Unis.  En marge du Washington Ideas Forum, il s’attaque notamment à sa bête noire, soit le faible taux de diplomation.  Pour lui, la difficulté n’est pas tant que l’augmentation des frais créée une barrière à l’entrée, mais bien le trop petit nombre de futurs travailleurs qui sortent du système.

L’équation qu’il présente a le mérite d’être limpide :

  • Les inscriptions augmentent dans les institutions d’enseignement supérieur américaines.
  • Le financement par les états diminue.
  • Les universités doivent augmenter les frais de scolarité.
  • Le gouvernement fédéral américain comble une part du manque à gagner.
  • Des emprunts importants permettent de combler le reste.
  • Malgré les prêts et bourses, les taux de diplomation demeurent bas : 58 % pour les programmes universitaires de 4 ans et 30 % pour les colleges de 2 ans.
  • Au plan international, les États-Unis arrivent 13e pour le taux de diplomation au collégial.
  • Résultat : sur les 22 millions de diplômés postsecondaires dont les États-Unis auront de besoin en 2018 pour fournir le marché de l’emploi, il en manquera 3 millions.
En guise de lignes directrices pour une réforme de l’enseignement supérieur américains, il suggère :
  1. De ne plus couper dans le domaine de l’éducation.  Il n’y a plus de gras et c’est un secteur névralgique pour l’économie.
  2. D’augmenter l’impact des bourses et des prêts fédéraux afin qu’ils favorisent réellement la diplomation.
  3. De tenir compte des étudiants d’aujourd’hui: en emploi, avec une famille, étudiant à temps partiel.
Il se demande évidemment quel rôle la technologie pourrait jouer dans cette équation…
Dans un autre article, il reprend sa thèse qu’une plus grande compétition entre établissements les forcerait à améliorer l’enseignement et donc à amener davantage d’étudiants à diplômer:
« The government has attempted to hold for-profit universities accountable for the graduation and employment outcomes of their students. Non-profit schools should be subjected to similar scrutiny, Gates said. Whether or not legislatures defund schools that don’t measure up, he believes the peer pressure will force more institutions to focus on teaching quality, and getting them across the finish line. »
Que l’on soit d’accord ou non avec son analyse de la situation et des solutions pour y remédier, il faut bien constater que c’est un discours qui gagne en influence…

Is College Worth It?

Sources :
Weissman, Jordan, « Our College Crisis: A PowerPoint Presentation by Bill Gates », The Atlantic, 15 novembre 2012.
Weissman, Jordan, « The World’s Richest College Dropout Urges Colleges to Stop Dropouts », The Atlantic, 14 novembre 2012.

« Mon prof sur YouTube »
Les demandes d’admission en baisse de 8% dans les universités britanniques

Exprimez-vous !

*