Enquête sur le corps professoral québécois

Entendu à la conférence prononcée par Frédéric Deschesnaux, le 18 novembre, à l’invitation de l’ERTA (Équipe de recherche sur les transitions et l’apprentissage) et le SPUS (Syndicat des professeurs de l’Université de Sherbrooke).  L’enquête cherchait essentiellement à décrire l’emploi des profs afin de comprendre la nature de leurs tâches en 2008 et à mesurer leur satisfaction en lien avec leur emploi (qui est généralement très bonne, malgré ce qui suit…)

Les aspects qui nous intéressent particulièrement touchent les rapports entre recherche et enseignement dans la composition de la tâche professorale.  Lorsque l’on demande aux professeurs ce qu’ils préfèrent entre l’enseignement et la recherche, seuls 6,3% des répondants affirment préférer l’enseignement et 29,7% affirment apprécier les deux, mais préférer l’enseignement.  Inversement, 11,7% préfèrent la recherche, alors que 52.3% apprécient les deux, mais préfèrent la recherche.  Cependant,

« La très grande majorité des répondants (93,8 %) estiment important que les professeurs soient actifs à la fois dans les volets enseignement et recherche. »

 et 51,6% ne voient pas d’intérêt à développer un profil de fonction unique.  Toutefois, parmi la moitié qui souhaiteraient que soient développés de tels profils (notamment de jeunes profs de 35 ans et moins), 30,7 espèreraient un profil centré sur la recherche, alors que seuls 13,3% visent un profil centré sur l’enseignement.  Les auteurs de l’étude attribue cette prépondérance de la recherche à la grande valorisation de cet aspect de la fonction professorale dans les milieux, mais aussi au fait que les jeunes professeurs sont de plus en plus des chercheurs de carrière.

Lorsqu’on leur demande ce qu’ils aimeraient faire s’ils avaient davantage de temps, peu voudraient enseigner davantage au premier cycle, mais un bon nombre (40 %) souhaiteraient se consacrer davantage à l’encadrement d’étudiants aux cycles supérieurs.

L’étude aborde plusieurs autres facettes de la carrière professorale, notamment:
– L’inéquité des conditions entre les professeures et les professeurs, notamment en lien avec la difficile conciliation travail-famille;
– Le fait que 50% des répondants aient songé à quitter leur emploi;
– Un schisme grandissant entre la vision que les professeurs ont de l’université et la vision des administrateurs (Modèle d’une université humaniste contre ce qui est perçu comme une marchandisation du savoir).

L’étude peut être consultée en ligne au http://fqppu.org/assets/files/themes/corps_professoral/rapport_ccp_dyke_deschenaux_novembre_2008.pdf

D’autres analyses seront rendues publiques au fur et à mesure de leur publication.

On peut aussi lire un article résumé de Louise Leduc, dans Cyberpresse, en cliquant ici.
Même chose en lisant Le Devoir en ligne, où Clairandrée Cauchy signe ce papier sur le même rapport.

Concernant Moodle: le point de vue des étudiants
Interne : L'ETS s'adapte aux besoins des entreprises

Exprimez-vous !

*