L’évaluation par les pairs: stratégique, vraiment ?

Le large nombre d’inscrits aux MOOC prête flanc à de nombreuses critiques, notamment en lien avec la qualité de l’encadrement des participants et de l’évaluation des apprentissages qu’il est possible d’y faire. L’un des arguments avancés par les tenants des MOOC est de mettre de l’avant l’évaluation des apprentissages, souvent délégué aux pairs. On ne manque pas de souligner la valeur de cette pratique sur le plan pédagogique, et ce autant pour la personne évaluée que pour l’évaluateur. Deux articles parus ces dernières semaines portent un regard sur cette pratique.

Rendant compte de son expérience de participant à un MOOC, Jonathan Mark, un professeur de science politique, observe que l’évaluation par les pairs qui caractérise ce type d’environnement est forcément sommaire et se limite à des « productions » courtes, devant être corrigées à l’aide d’une clé de correction simple. L’évaluation s’avère par ailleurs inégale d’un étudiant à l’autre et n’exige pas de justification, ce qui limite d’autant sa portée formatrice. Bref, dans le cadre d’un MOOC, on ne peut parler d’un choix stratégique sur le plan pédagogique ; ce serait plutôt une simple réponse à une contrainte inhérente à une telle formule de formation, soit le nombre démesurément élevé d’étudiants.

De son côté, Maryellen Weimer rapporte les résultats d’une recherche remettant en question les impacts positifs d’une formule d’évaluation par les pairs dans une classe « régulière ». Elle y voit un signe que les résultats ne sont pas probants dans la mesure où l’objectif est simplement d’encourager la participation des étudiants. Elle souligne cependant la valeur de l’exercice pour enseigner les principes de la rétroaction constructive, une capacité cruciale dans bon nombre de champs professionnels.

À mettre en lien avec le courant de la « pairagogie » (peeragogy), tel que rapporté dans le billet de Jean-Sébastien Dubé du 12 octobre dernier.

Sources:

Jonathan Marks, « Who’s Afraid of the Big Bad Disruption?« , Inside Higher Education, 5 octobre 2012

Maryellen Weimer, « Peer Assessment is Not an Elixir for All Group Work Challenges« , Faculty Focus, 10 octobre 2012.

Gagner du temps… mais à quel prix?
La formation en sciences humaines : toujours à justifier! Jusqu'à quand?

Commentaires

  1. pib a écrit:

    L’article montre bien les limites d’une telle évaluation. Ne pourrait-on envisager une évalution à partir de productions réalisées par les membres (l’EAP) , à partir d’une présentation argumentée de ces dernières et sur la base de critères (lisibilité, cohérence, originalité, etc.) ?

Exprimez-vous !

*