Le portfolio numérique en appui aux parcours de professionnalisation à l’UdeS?

J’ai appris à l’occasion d’une réunion des responsables du PIF à la Faculté de génie la semaine dernière qu’une variante du portfolio numérique (sous forme de partage de documents en format Word et d’autres formats similaires) avait fait l’objet d’expérimentation en tant qu’outil d’encadrement et d’évaluation auprès des étudiants.

Kenneth Johns a présenté de façon enthousiaste l’impact positif de cette pratique chez les professeurs et les étudiants.  Ces deux groupes observent la plus-valu d’avoir accès à un outil permettant de suivre la progression des apprentissages et des enseignements dans une perspective programme (et non limitée à un seul cours à la fois).  Ce groupe examine la possibilité d’utiliser l’outil du Service des stages et du placement pour bonifier (ou remplacer) la pratique actuelle afin de mieux encadrer ses étudiants.  Reste à voir si l’outil du SSP répondra aux exigences des programmes: il serait bon que le SSF s’intéresse plus particulièrement à ce que fait le SSP et voit si l’outil peut effectivement répondre aux besoins exprimés par nos clients dans le contexte du développement de parcours.

En parallèle à mon implication dans le PIF en génie, je représente le SSF au sein d’un comité sur l’utilisation des TIC à la Faculté de médecine et des sciences de la santé, présidé par le professeur Luc Mathieu et auquel participe également Diane Clavet (directrice du CPSS) David Serouge (directeur du STIC), Gilles Voyer et Daniel Gladu (conseiller pédagogique à la FMSS).  Ce comité a pour objectif d’évaluer les outils et pratiques d’enseignement exemplaires intégrant l’utilisation de différentes technologies et pouvant éventuellement devenir l’objet de formations offertes aux professeurs, chargés de cours et autres intervenants à la faculté.  Daniel Gladu m’informait qu’un groupe de professeurs présentement localisé en Amérique du Sud expérimentent la plateforme Mahara, logiciel libre dédiée à la gestion de portfolios numériques en ligne.  L’évaluation de cet outil, qui représente l’une des cibles que nous avions noté dans le Plan d’Action Stratégique du SSF, pourrait donc devenir une opportunité de collaborer avec la FMSS pour en faire un projet facultaire servant de tremplin à la mise en ligne d’un outil institutionnel disponible à même notre plateforme Moodle (en tant qu’activité disponible aux professeurs voulant intégrer un portfolio à leurs cours, par exemple).  Encore ici, les équipes de la FMSS qui ont soumis un PIF en lien avec les parcours de professionnalisation (ergo-physio et sciences infirmières) y verraient certainement un intérêt.

La demande pour le développement d’un portfolio ne date pas d’hier, notre collègue Christian ayant développé un outil il y a de ça déjà quelques années, soit le Cyberfolio (basé sur la plateforme de gestion de blogues WordPress MU) pour les besoins spécifiques du programme de baccalauréat en enseignement au secondaire.  Maintenant, il est clair que cet outil ne peut pas combler tous les besoins.  Nous en sommes donc à voir comment faire du portfolio un outil véritablement institutionnel, ce qui implique une analyse des besoins afin de choisir le logiciel qui offrira le plus de flexibilité aux clientèles qui voudraient s’en servir, et voir comment implanter le tout en collaboration avec le STI.  Notre directeur doit d’ailleurs rencontrer Serge Fortier, directeur du STI, dès demain afin de discuter de cette possibilité.

Palmarès mondial des meilleures universités
Interne : La maîtrise qualifiante en enseignement secondaire de l'UdeS fait parler d'elle

Exprimez-vous !

*