Les recherches en arts et sciences humaines peuvent-elles être « sexy »?

Dans l’article « But can you do a podcast on it? », de Hannah Fearn dans le Times Higher Education (1er Octobre 2009), il est question de transfert des connaissances des recherches en sciences humaines et de formules innovatrices pour les rendre attrayantes, significatives et accessibles.

Les recherches en sciences humaines font régulièrement l’objet de questionnements quant à leur pertinence sociétale.  Certains les accuse d’absence d’originalité; d’autres arguent qu’elles manquent  plus de « punch » que de pertinence.  Dans tous les cas, les sciences humaines souffrent d’une forme de dévalorisation, qui mine parfois l’esprit des professeurs et étudiants engagées dans des recherches qui les passionnent. 

L’article fait état de diverses innovations, dont l’utilisation des plus récentes TIC et de collaborations avec des acteurs non universitaires, pour faire la démonstration auprès du public que les recherches en sciences humaines contribuent clairement au mieux-être de la société.

Beaucoup de bonnes idées stimulantes par leur audace et leur créativité.

 

…At higher education institutions across the UK, academics in the arts and humanities are thinking hard about how to translate their research for a wider audience. Countless exciting and innovative projects are springing up, linking universities with museums, galleries, theatres and the creative industries. Yet, despite such endeavours, the perception of knowledge transfer is often as something limited to science and engineering. If academics can’t use their knowledge to « make » something in the traditional sense, what use is it to the outside world?

Interne : HEC Montréal – La maîtrise en gestion parmi les plus cotées au monde
Interne : Nouveaux programmes de maîtrise à l’Université Laval et hausse des inscriptions

Exprimez-vous !

*