Des programmes à la carte (ou presque) en sciences et génie

Dans Inside Higher Ed, on fait état d’initiatives de programmes de génie mécanique et informatique visant à mieux s’adapter aux besoins de formation (et aux intérêts de leur future clientèle), en réduisant le nombre de cours obligatoires et en multipliant les possibilités de spécialisation.

L’article présente le cas du programme de génie mécanique du MIT qui s’est doublé d’une version à la carte (« flexible degree »). Sa particularité: de concert avec un conseiller, l’étudiant peut s’y construire un choix de cours personnalisé, répondant aux exigences de la profession, afin de se spécialiser dans un domaine donné.

Il expose également le cas des programmes d’informatique à Stanford, révisés pour réduire le nombre de cours obligatoires, permettre un meilleur choix de cours selon la spécialisation choisie (par le biais de cheminements spécifiques, ou « track concentrations ») ainsi qu’augmenter le nombre d’activités à choisir parmi un plus vaste éventail de cours au choix. Aux dires d’un des responsables, la révision ne visait pas à éliminer des cours, mais plutôt à cibler davantage pour quel profil d’étudiant ils devaient être rendus obligatoires. L’article fait par ailleurs état d’une initiative similaire en cours dans les programmes d’informatique à Cornell.

Dans les deux cas, on note un impact appréciable sur le recrutement d’étudiants depuis la mise en place de ces programmes. On note également la cohérence de ces nouvelles orientations avec les directives à venir de la part de l’Association for Computing Machinery et de l’Institute of Electrical and Electronics Engineers.  Cette dernière, dans une version préliminaire d’un rapport à paraître sous peu, devraient mettre l’emphase sur le besoin de rendre les programmes de formation suffisamment souples afin qu’ils puissent aisément s’adapter aux nouveaux besoins rencontrés sur le marché du travail.

The draft includes a set of principles which emphasize flexibility — both in providing students the ability to work across many disciplines and allowing departments to easily make future curricular modifications to reflect changes in the field — and it displays a similar philosophy to Stanford and Cornell about the modernization of curriculum to reflect the broadening field.

Source: Elise Young, « Engineering Your Degree« , Inside Higher Ed, 10 juillet 2012.

De la relativité de l'expertise...
Reacting to the Past : des jeux de rôle pour enseigner l'histoire des idées... et plus

Exprimez-vous !

*