Entraîner au rappel pour rehausser l’apprentissage

Une étude publiée dans la prestigieuse revue Science a démontré que s’efforcer de se rappeler de nos connaissances, même sans étude supplémentaire, rehausse l’apprentissage, et ce plus que certaines formes d’étude à efficacité très élevée. La démonstration est si robuste que même des chercheurs se réclamant ouvertement d’un constructivisme assez radical admettent que les résultats sont sans appel.

De façon surprenante, à temps d’étude égal, la méthode qui consiste à étudier et ensuite tenter de se rappeler le matériel s’avère plus efficace que :

  • de faire de l’étude traditionnelle, à répétition;
  • d’étudier et de produire des cartes conceptuelles.

L’expression qui désigne ce phénomène est retrieval practice, que l’on pourrait traduire par entraînement à la récupération. Le phénomène contraste fortement avec la méthode de cartes conceptuelles parce que l’entraînement à la récupération a son effet positif sur l’apprentissage à la récupération des connaissances (le rappel), alors que les cartes conceptuelles, comme de nombreuses méthodes pédagogiques actives, travaillent surtout sur l’encodage (« l’enregistrement »).

La comparaison avec la méthode des cartes conceptuelles est importante. Cette dernière méthode est tenue en haute estime par bien des experts en éducation parce qu’elle est très efficace. Elle suscite le processus dit d’élaboration, qui favorise l’encodage des information en mémoire à long terme.

Évidemment, rien ne sert de faire un enregistrement si on ne peut accéder à cette information ultérieurement. Le rappel se fait grâce à des indices, qui sont des informations secondaires associés à une information principale dans notre mémoire. Plus nous avons de tels indices pertinents, plus il y a des chances que les indices soient reconnus dans la situation appropriée et que ceux-ci activent l’information principale, provoquant ainsi sa récupération (le rappel).

L’entraînement à la récupération aurait son effet en améliorant les indices de récupération à chaque rappel. Autrement dit, plus on essaie de se rappeler d’une chose, meilleur on devient à se rappeler cette chose.

Il ne faut pas en conclure qu’il est inutile de bien s’occuper de l’encodage des nouvelles connaissances. Il faut encoder de l’information pour avoir quelque chose à récupérer. En encadrant bien l’encodage par des activités élaboratives, on place davantage d’indices de récupération. Cependant, ce courant de recherche s’attaque à une prémisse tacite voulant que la récupération de l’information en mémoire soit relativement neutre : une simple lecture de ce qui est enregistré. Au contraire, la récupération d’une connaissance est un processus actif qui a un effet important sur la connaissance et sur sa « disponibilité » ou son « activabilité ».

Les auteurs concluent en affirmant que cette nouvelle perspective peut mener au développement de nouvelles activités d’apprentissage fondées sur le processus de récupération. À terme, des stratégies d’apprentissage combinées, qui misent tant sur l’encodage que sur la récupération, sont à anticiper.

Pour avoir le portrait complet, je suggère aussi la lecture des commentaires critiques et de la réponse des auteurs à ces commentaires (une seule page chacun).


Sources : 

Belluck, Pam. (2011, 2011-01-21). To Really Learn, Quit Studying and Take a Test, The New York Times.

Karpicke, Jeffrey D., & Blunt, Janell R. (2011). Retrieval Practice Produces More Learning than Elaborative Studying with Concept Mapping. Science, 331(6018), 772-775. doi: 10.1126/science.1199327

Mintzes, Joel J., Canas, Alberto, Coffey, John, Gorman, James, Gurley, Laine, Hoffman, Robert, . . . Wandersee, James H. (2011). Comment on « Retrieval Practice Produces More Learning than Elaborative Studying with Concept Mapping ». Science, 334(6055), 453. doi: 10.1126/science.1203698

Karpicke, Jeffrey D., & Blunt, Janell R. (2011). Response to Comment on « Retrieval Practice Produces More Learning than Elaborative Studying with Concept Mapping ». Science, 334(6055), 453. doi: 10.1126/science.1204035

 

Ce que l'on doit savoir sur le fonctionnement de la mémoire en enseignement supérieur : l'état de la recherche cognitive
L'éducation comtemplative pour favoriser l'attention des étudiants

Commentaires

  1. Bruno De Dobbeleer a écrit:

    Bonjour, j’aimerais connaître le texte qui a servi pour cette expérience de Karpicke et Blunt. Dans l’article ils se contentent de dire que c’est un « science text ». Quelqu’un peut-il m’éclairer? Merci!

Exprimez-vous !

*