La Wikiversité: un wiki comme les autres?

C’est lors d’une rencontre-conseil avec des professeurs de la Faculté de Génie et mon collègue Éric, que j’entends parler de la Wikiversité (projet initial, démarré en 2005 : Wikiversity et dont le pendant francophone a vu le jour en 2006).

Wikiversité, vous l’aurez sans doute deviné, est la contraction des mots wiki (pour outil de création collaborative en ligne) et université (pour communauté d’enseignement et d’apprentissage), soutenu par Wikimedia Foundation, ce projet se définit comme :

« un espace pédagogique virtuel communautaire, collaboratif, libre et gratuit, pour l’étude et pour la recherche… La structure de la Wikiversité reprend celle que l’on trouve dans une université classique, c’est-à-dire un découpage thématique à partir de la faculté en différents départements…».

La Wikiversité offre la possibilité à quiconque veut s’y investir :

  • d’apprendre sur de nombreux sujets et qu’importe le niveau de scolarité (de la maternelle à l’université)
  • d’enseigner en publiant des cours
  • de chercher ou de rechercher des informations en posant des questions et en y répondant
  • de participer à la construction des savoirs en contribuant à des projets de recherche ou d’apprentissage

En 2010, la Wikiversité proposait déjà une page d’accueil en 17 langues, ainsi qu’onze projets à part entière en allemand, anglais, espagnol, finnois, français, grec, italien, japonais, portugais, russe et tchèque. Elle lançait également un premier cours en ligne d’Introduction à la logique mathématique.

En 2012, dans l’espace francophone seulement, on retrouve  1 255 leçons réparties dans 39 facultés, 33 projets de recherche ainsi que 11 projets collaboratifs.

Nouvellement inscrite, voici ce que j’y ai constaté :

  • une grande diversité, selon que l’on se trouve sur un campus ou un autre (la section de langue anglaise contient 18 461 ressources répertoriées).
  • une grande variabilité dans la qualité des contenus. Quelques cours et projets sont dignes de mention, tant du côté de leur présentation que des contenus  (projet d’apprentissage en anglais propose entre autre l’écoute de clips audios, suivi de questions à cocher évaluant la compréhension). Tandis que d’autres semblent en chantier ou abandonnés (le Département de radio de la Faculté de l’audiovisuel, ne contient qu’un squelette de contenu et la dernière contribution remonte à 2007).

Wikiversité possède tout le potentiel du wiki, avec évidemment les mêmes revers quant à la qualité de la forme et la validité des contenus. On peut cependant espérer qu’un pourcentage toujours grandissant de contributeurs à la Wikiversité  soit des professeurs soucieux de développer des ressources libres de qualité supérieure.

Source :

Site de la Wikiversité

Coursera fait le plein de partenaires parmi les universités de recherche; Toronto et EPF Lausanne à bord
TÉLUQ se recentre sur la formation à distance en mode solo

Exprimez-vous !

*