La différence entre les générations Y et C

La question qui revient souvent quand on discute des caractéristiques générationnelles, c’est la différence entre les Y et les C.  La question a surgi dans mon réseau Twitter et @MarioAsselin (encore lui!) a proposé la vidéo suivante.  Personnellement, j’ai trouvé celle-ci plus éclairante.  Il s’agit de courts exposés faisant partie d’une série réalisée par l’expert marketing britannique Jake Pierce (anthropologue et sociologue de formation).  La vidéo dure 4 min 35, mais la réponse se trouve vers 2 min 20.

En gros, Pierce divise les générations en fonction de leurs motivations premières.  Pour lui, les Boomers étaient d’abord motivés par la liberté (hippies, drogue, sexe et rock n’ roll), les X par la soif d’expériences diverses (en parallèle avec l’essor de l’industrie du tourisme), les Y carburent à l’interactivité (ils se réjouissent des médias numériques et en font un usage plutôt fonctionnel), tandis que les C, perdus devant tous les choix qui s’offrent à eux, souhaient parvenir à contrôler le monde numérique.  Sur son site, il précise cette distinction

Gen C – seek control of their world and culture (they are overwhelmed by influences and aspire to look at and create content made by amateurs, as a way of staking out their own world.)

Pour lui, les C ne sont pas une « génération » au sens démographique du terme.  Il l’a voit plutôt comme une génération « psychographique » à laquelle toute personne qui le désire peut participer…  Ses arguments ne me convainquent pas tous et il tourne les coins ronds, mais il me semble y avoir un ou deux trucs à récupérer dans ses élucubrations.

Que l’on partage ou pas son analyse, l’intérêt pour moi réside dans le fait que l’enseignant, s’il le souhaite, pourrait profiter de ce besoin de contrôle des étudiants et s’inscrire en soutien de cette démarche de meilleure gestion des contenus.

Le portfolio enseignement : mette en valeur ses compétences pédagogiques de professeure, professeur
Interne : Nouveau programme intensif de maîtrise recherche en physique à l’Université de Waterloo

Exprimez-vous !

*