Référentiels de compétences et approche programme: une conférence de Jacques Raynauld

Signalée par Line Cormier, Directrice à la Direction des bibliothèques et du soutien à l’enseignement et à l’apprentissage de l’Université du Québec, cette présentation de Jacques Raynauld, professeur à HEC Montréal, porte sur les référentiels de compétences et leur impact structurant sur les cours et les programmes d’études. Outre ses activités de recherche en économie appliquée, monsieur Raynauld est également titulaire de la Chaire des technologies pour l’enseignement et l’apprentissage de la gestion et directeur de la Maison des technologies pour la formation et l’apprentissage Roland-Giguère.

Sous le titre Référentiels de compétences : des besoins exprimés à la mise en œuvre, la conférence d’une quinzaine de minutes porte essentiellement sur l’importance de développer des référentiels en format numérique (par opposition à un référentiel sur papier) afin de faciliter leur utilisation. Elle évoque l’apport structurant que peut représenter un référentiel de compétences, de leurs composantes de même que des indicateurs (des « manifestations ») observables de leur atteinte par l’étudiant. Le conférencier souligne l’utilité de tels référentiels pour mettre en œuvre une approche programme cohérente et intégrée, par exemple en facilitant la coordination des différentes activités pédagogiques qui composent le programme, la structuration des portfolios, la définition de la certification….

Les considérations techniques occupent une large part de la présentation; rien d’étonnant, considérant qu’elle s’inscrit dans le cadre de la journée d’études du groupe GTN-Québec (le Groupe de travail québécois sur les normes et standards TI pour l’apprentissage, l’éducation et la formation) du 29 novembre 2011. Quelques exemples concrets d’utilisation sont néanmoins illustrés, par exemple l’utilisation d’un référentiel dans un portfolio (à 10m24s) et dans un plan de cours (à 12m33s).

J’en profite pour souligner l’originalité et le dynamisme de la facture visuelle [NLDE : présentation qui occupe 60 % de l’écran et conférencier en mortaise], qui rend l’écoute d’une conférence somme toute plutôt conventionnelle fort agréable.

Source :

Raynauld, Jacques, Référentiels de compétences : des besoins exprimés à la mise en œuvre, (réalisation : GTN-Québec)  YouTube, 29 novembre 2011, 17 min 09.

Une introduction humoristique au phénomène du BYOD
La littératie en matière de réseaux sociaux (Network Literacy)

Exprimez-vous !

*