Enseigner la publication Web pour former des citoyens numériques

Découvert par le blogue N’ayez pas peur de Philippe Martin : Le quotidien français Le Monde publiait en avril dernier un texte d’Olivier Ertzscheid, auteur du blogue « Affordance » et du livre Identité numérique et e-reputation, maître de conférence en sciences de l’information à l’Université de Nantes (IUT de La Roche-sur-Yon). Le texte original date d’octobre 2011.  [NDLE : Le nom d’Ertzscheid ne m’était pas inconnu.  En mai 2009, j’avais déjà produit un billet en lien avec sa mise en garde contre les ‘universités low-cost’ offrant de la formation en ligne de faible qualité, puis en avril 2011 cet intéressant point de vue sur l’interdiction des portables en classe avait beaucoup circulé.]

Cette fois-ci, Ertzscheid s’inquiète de ce que les jeunes ayant grandi avec le numérique connaissent très peu les tenants et aboutissants de cette culture, qu’ils n’ont pas conscience que le cyberespace est de moins en moins en environnement ouvert [comme je l’évoquais dans ce billet récent sur les « jardins murés du Web »], qu’ils ne réalisent pas comment l’information est filtrée pour eux (algorithmes Google) ou accumulée à leur sujet (collecte Facebook).

Tout le texte est percutant, mais ces quelques paragraphes qui résument le message de l’auteur :

« Face à cet ensemble de bouleversements, l’école, le collège, le lycée et l’université doivent être les garants d’une citoyenneté numérique et dépasser l’ère de la didactique des légos, celle d’une unique approche « par compétence » comme le propose le B2i et autres « certificats informatiques et internet ». On n’apprend pas la citoyenneté numérique comme on apprend le code de la route. A tout le moins, l’obtention dudit code de la route ne saurait se dispenser de cours de … conduite accompagnée.

Former à Facebook, à Google, à Twitter est certes encore utile mais lorsque ces outils disparaîtront ou seront remplacés par d’autres, à quoi cela aura-t-il servi ? Il existe pourtant une solution simple : il faut enseigner la publication. De sa naissance jusqu’à sa mort, le web fut et demeurera un média de la publication.

Enseigner l’activité de publication et en faire le pivot de l’apprentissage de l’ensemble des savoirs et des connaissances. Avec la même importance et le même soin que l’on prend, dès le cours préparatoire, à enseigner la lecture et l’écriture. Apprendre à renseigner et à documenter l’activité de publication dans son contexte, dans différents environnements. Comprendre enfin que l’impossibilité de maîtriser un « savoir publier », sera demain un obstacle et une inégalité aussi clivante que l’est aujourd’hui celle de la non-maîtrise de la lecture et de l’écriture, un nouvel analphabétisme numérique hélas déjà observable. Cet enjeu est essentiel pour que chaque individu puisse trouver sa place dans le monde mouvant du numérique, mais il concerne également notre devenir collectif… » [mes emphases]

Sources :

Ertzscheid, Olivier, « Et si on enseignait le numérique ? », section « Idées », Le Monde.fr, 3 avril 2012

Martin, Philippe, « Plaidoyer pour une culture numérique », N’ayez pas peur, 14 juin 2012.

Interne : Les augmentations de frais de scolarité les plus importantes aux États-Unis
Enseignants universitaires et tuteurs en FAD: compétences similaires ?

Exprimez-vous !

*