Rapport d’étonnement REFAD 2012 – intégrité et évaluation en formation à distance

J’étais de ceux qui participaient au dernier colloque du REFAD (Réseau d’enseignement francophone à distance du Canada) à Québec le mois dernier. Sur place et à distance, des gens venus des ministères (fédéral et provinciaux), d’institutions collégiales et universitaires, de consortiums, conseils scolaires et centres de formation. Plus de 16 pays représentés, tous préoccupés par l’intégrité et l’évaluation en formation à distance.

En conférence d’ouverture, Denys Lamontagne, directeur de Thot Cursus, mettait la table en nous rappelant simplement que personne à priori n’aime être évaluée. Pourtant, tous autant que nous sommes, devons faire face à l’évaluation à un moment ou à un autre de notre vie. Comment faire de cette nécessité, un exercice qui soit « digne de sens »? C’est à cette interrogation que tous les intervenants ont tenté répondre.

Lucie Audet, consultante en éducation et agente de projet au REFAD, affirme que les développements en formation en ligne obligent à repenser toute la pédagogie et à ouvrir l’évaluation à l’apprentissage et au diagnostic. Une excellente opportunité d’amélioration des enseignements, selon elle.

La professeure Marie-Jacquard Handy, de l’Université Ste-Anne en Nouvelle-Écosse, a expliqué comment, à travers des situations authentiques et l’exigence du portfolio numérique, elle arrivait à développer chez ses étudiants les 5 valeurs d’intégrité que sont : l’honnêteté, la confiance, la justice, le respect et la responsabilité.

Béatrice Pudelko, professeure à la TÉLUQ, ironise «…de nos jours le plagiat est une infraction en pleine forme ! ». C’est en se basant sur des approches plus globales (psychologie cognitive et socio-historique), que madame Pudelko arrive à situer le problème du plagiat à l’ère d’internet dans tout le continuum de l’activité humaine.  Madame Pudelko pose des questions pertinentes : Comment, dans une époque où tous nous «googlisons», bien cerner les pourquoi du plagiat et développer des stratégies intégrées qui favoriseront l’intégrité des étudiants? Une partie de la réponse se trouve, selon elle, dans le développement de compétences en littératie numérique. Un sujet déjà abordé dans L’Éveilleur (voir références de bas de page).

L’atelier « Rendre le plagiat inintéressant ou le pouvoir réel des enseignants dans la lutte anti-plagiat » (de nos deux collègues Catherine et Sonia), a également suscité un grand intérêt (voir billet de Jean-Sébastien sur le rayonnement de l’UdeS à travers cet atelier).

Somme toute, un colloque rassurant par la convergence des points de vues, car quelque soit l’angle par lequel les questions d’évaluation et d’intégrité étaient abordées, tous s’accordaient pour dire que:

  • les valeurs d’intégrité et les objectifs d’évaluation se devaient d’être connus, reconnus et partagés tant des enseignants que des apprenants
  • l’évaluation devait pour faire «sens» être variée, continue, authentique, ouverte à la collaboration (avec les pairs, superviseur, tuteur ou tierce personne)
  • l’intégrité était l’affaire de tous et devait être encouragée par l’exemple et par des demandes de travaux qui soient originales, orientées vers la démarche, plutôt que sur le résultat

Et me reviennent les propos du professeur Denis Bédard qui, lors de sa conférence du Mois de la pédagogie 2012 «Les pédagogies actives en formation à distance : mythe ou réalité?», expliquait combien la FAD avait contribué à l’amélioration de ses propres pratiques d’enseignement.  Le simple fait d’avoir réfléchi et planifié des activités d’apprentissage pour tout le temps généralement consacré à l’étude – et qui, en formation présentielle, laisse généralement l’apprenant seul face à lui-même – , lui avait permis de prendre encore davantage la mesure de tous les aspects et facteurs facilitant l’apprentissage…

La FAD, une occasion supplémentaire pour réfléchir et améliorer la qualité de l’enseignement?

Sources:

Colloque REFAD 2012, Québec, 3 et 4 mai 2012.

Mois de la pédagogie universitaire 2012, Service de soutien à la formation, avril 2012.

Sylvie Hallé, « Rapport du Réseau Éducation-médias sur la littératie numérique au Canada », L’Éveilleur, 15 décembre 2010.

Jean-Sébastien Dubé, « Au delà des compétences informatiennelles, les littératies médiatiques », L’Éveilleur, 20 avril 2011.

Sonia Morin, « Littératie numérique: une excellente traduction de Digital literacy », L’Éveilleur, 16 juin 2011.

 

Les "blessais", entre le journalisme et la recherche
Interne : Importance du décrochage universitaire et des salaires de profs, selon l'économiste Pierre Fortin

Exprimez-vous !

*