L’impact d’une hausse du prix des études sur la recherche

Alors que dans le présent conflit qui oppose les associations étudiantes au gouvernement, on évoque surtout les conséquences d’une hausse des droits de scolarité sur l’accessibilité aux études de premier cycle, à plus long terme les études supérieures seraient aussi affectées.

Selon Vincent Larivière, professeur à l’École de bibliothéconomie et de sciences de l’information de l’Université de Montréal et chercheur associé à l’Observatoire des sciences et des technologies de l’UQAM, qui a signé la semaine dernière une lettre d’opinion dans Le Devoir, suite au dernier dégel des frais en 1995,

«  Pour les trois principales universités de recherche du Québec (Laval, McGill et Montréal), qui comptent pour plus des trois quarts des doctorants en 1995, les inscriptions au doctorat sont passées de 6792 à 5880 entre 1995 et 2001, soit une baisse de plus de 13 %. Certaines universités furent également plus touchées que d’autres: les programmes de doctorat de l’Université de Montréal, par exemple, ont subi une baisse de plus de 22 % (2865 en 1995 contre 2229 en 2001). »

Le professeur Larivière rappelle notamment le poids des doctorants dans la rédaction d’articles :

…[E]n 2007, les doctorants québécois ont contribué à 50 % des articles en physique, 43 % en recherche biomédicale, 40 % en chimie, 37 % en biologie et, finalement, 35 % en psychologie. Et ces chiffres ne concernent que les doctorants: l’inclusion des étudiants de maîtrise les augmenterait encore davantage.

Il en conclut donc que…

« Une baisse de l’accès aux études de cycles supérieurs et, par conséquent, du nombre de doctorants, non seulement réduirait la capacité de recherche actuelle des universités — qui perdraient ainsi l’accès à une main-d’oeuvre relativement «bon marché», stimulée et désireuse de contribuer à l’avancement des connaissances —, mais hypothéquerait également celle de demain, en réduisant le nombre de nouveaux chercheurs formés. ».

Source : Larivière, Vincent, « Libre opinion – Des oubliées: les études supérieures et la recherche », Le Devoir, 10 avril 2012.

Common law et droit transnational (Juris Doctor) : nouveau cheminement au baccalauréat en droit à l'UdeS
Diplôme de 2e cycle en pratiques artistiques actuelles à l'UdeS : unique au Québec avec mentorat

Exprimez-vous !

*