2 avril : #dayofhighered

Une initiative à signaler en ce 2 avril : Lee Skallerup Bessette, blogueuse régulière sur Inside Higher Ed, propose de faire de cette journée la journée de l’enseignement supérieur et invite tous les acteurs à partager sur twitter (#dayofhighered) « what is, exactly, that those of us in higher ed do all day ». L’appel est lancé aux professeurs bien sûr, mais aussi aux chargés de cours et à tous ceux oeuvrant, de près ou de loin, en enseignement supérieur.

Au-delà de l’anecdote, on comprend par les réactions suscitées par cette proposition que plusieurs y voient une façon de se défendre des critiques à leur endroit.  Un besoin de se faire entendre qui n’est sûrement pas étranger à l’éditorial de David C. Levy (« Do college professors work hard enough?»), publié le 23 mars dans le Washington Post, qui faisait des salaires  élevés des professeurs et de leur manque de productivité la cause principale de l’inflation des coûts de la formation universitaire.

Sources :

Lee Bessette, « Calling all Academics: April 2 as the Day for Higher Ed », Inside Higher Ed, 27 mars 2012.

Lee Bessette, « More on #DayofHigherEd», Inside Higher Ed, 29 mars 2012.

Aeron Haynie, « Attacks on Higher Ed, Attacks on Teaching, Attacks on Students », Inside Higher Ed, 29 mars 2012.

David C. Levy, « Do college professors work hard enough? », The Washington Post, 23 mars 2012.

Parmi les innombrables réponses publiées suite à la parution de cet éditorial, en voici une qui jette un éclairage unique (celle d’un administrateur) sur la question: Dean Dad, « Fish? Check. Barrel? Check. », Inside Higher Ed, 25 mars 2012.
Interne : Doubler son diplôme d’une « Digital Specialization »: la proposition de Ryerson University
Interne : Université Laval : formation aux personnes des milieux défavorisés, une première au Québec

Exprimez-vous !

*