Point chaud / en émergence

Étudier à l’étranger… sans trop se dépayser

Dans un billet paru sur Higher Education Strategy Associates, Alex Usher fait état des statistiques publiées par l’UNESCO relatives aux étudiants canadiens qui partent étudier à l’étranger. Son constat est clair : États-Unis, Royaume-Uni, Australie… les étudiants canadiens choisissent encore massivement des institutions d’accueil qui sont historiquement (et culturellement) proches de notre propre système d’enseignement universitaire.

Si l’on ne s’en étonne pas, le décalage que souligne Usher entre ces données et les arguments mis de l’avant pour vanter les mérites de ces études à l’étranger (vivre un choc culturel, s’ouvrir sur le monde, explorer de nouvelles réalités, tisser des liens avec des pays émergents) est pour le moins intéressant.

Source : Alex Usher, « Disappointments in International Education », Higher Education Strategy Associates, 27 mars 2012.

Interne : Université Laval : formation aux personnes des milieux défavorisés, une première au Québec
Interne : Les professeurs canadiens seraient les mieux payés

À propos de l'auteur

Catherine Vallières

Catherine Vallières

Catherine Vallières est conseillère pédagogique au Service de soutien à la formation (SSF) depuis 2001. Elle a d’abord œuvré comme comme conceptrice pédagogique en formation à distance ainsi que comme conseillère à l’évaluation périodique des programmes. Depuis plus de 10 ans, elle est responsable de la gestion des programmes et des activités pédagogiques. Vu ses fonctions, elle s’intéresse particulièrement aux questions liées aux formations universitaires (programmes formels et formations à la carte), aux types de certification, au financement universitaire ainsi qu’aux processus d’assurance-qualité.

Laisser un commentaire