Trouver le meilleur moment pour se souvenir

Trouvé sur le blogue E-180, un article du magazine Wired (mai 2008) sur Piotr Wozniak, le créateur de SuperMemo, un logiciel d’aide à la mémorisation.  Essentiellement, le logiciel fournit un horaire de mémorisation basé sur un algorythme qui prédit le meilleur moment pour qu’il y ait prégnance.  C’est ce que Wozniak et les spécialistes de la psychologie expérimentale appelle la « répétition espacée » (spaced repetition), comme dans « optimal spacing of the reactivation of knowledge [is] key to retention ».

[There] is an ideal moment to practice what you’ve learned. Practice too soon and you waste your time. Practice too late and you’ve forgotten the material and have to relearn it. The right time to practice is just at the moment you’re about to forget [mon emphase].

L’article semble suggérer que les théoriciens de l’apprentissage n’auraient jamais intégré ce concept.  Il me semble pourtant être fondamental pour toute planification visant l’intégration de connaissances, comme dans les parcours de professionnalisation.  N’est-il pas utile de tenir compte de cette idée pour organiser les moments d’acquisition, de mobilisation et de réflexion des apprentissages?

Par ailleurs, l’article, très bien écrit par Gary Wolf, est passionnant à lire, quoique modérément long (7 pages écran).  Il s’attarde notamment à la personnalité unique de Wozniak qui a optimisé toutes les facettes de sa vie afin de maximiser sa mémorisation, au point de se couper de réseaux sociaux…  Une existence à contre-courant à l’ère de Facebook!

Comparer visuellement des nombres : vive les rectangles et à bas les cercles
Surmonter la crainte du réseautage social

Commentaires

  1. echamberland a écrit:

    Les théories de l’apprentissage reconnaissent l’importance de la répétition selon certains paramètres. J’ai vu cette information dans plusieurs livres et dans divers cours que j’ai suivis. Mais comme M. Wozniak semble être un ultra-enthousiaste de la répétition, peut-être trouve-t-il qu’on y réserve une place insuffisante?

    Si les théories de l’apprentissage mentionnent les découvertes sur la mémorisation, elles doivent aussi tenir compte d’une variété d’autres phénomènes pour être complètes. La mémoire est certes un matériau de fondation, mais elle n’est pas toute la maison.

    Peut-être serait-il plus approprié de dire que ce sont les pratiques d’éducation, plutôt que les théories, qui ne tiennent pas assez compte des conditions optimales de mémorisation?

Exprimez-vous !

*