Enseigner explicitement les vertus intellectuelles : mission impossible ?

Dans un article d’opinion un peu à contre-courant,  Barry Schwartz et Kenneth Sharpe, deux professeurs du Swarthmore College près de Philadelphie, militent pour que leurs collègues enseignent systématiquement différentes vertus intellectuelles en plus des contenus disciplinaires.  Bien conscients de se placer en marge du discours dominant sur les compétences, Schwartz et Sharpe ne nient pas que l’amour de la vérité, l’honnêteté, le courage, l’équité, la sagesse soient parfois transmises « accidentellement » [leur expression] dans les universités, mais ils affirment que peu de programmes réfléchissent à des façons explicites de les intégrer dans les curriculums.

Ils donnent les exemples de deux programmes qui tentent pourtant le coup : soit les écoles primaires du Knowledge is Power Program (KIPP) dans certains quartiers défavorisés de villes américaines et le Harvard Medical School-Cambridge Integrated Clerkship [document PDF] qui cherche à développer davantage d’empathie chez les résidants en médecine.

Outre ces exemples, un autre aspect intéressant de cet article est la réflexion que portent Schwartz et Sharpe sur la meilleure méthode pour transmettre lesdites vertus, soit la modélisation de comportements :

« …What questions we ask in class teach students how to ask questions. How we pursue the dialogue with them models reflectiveness. They watch whom we call on, or don’t, and learn about fairness. We teach them when and how to interrupt—by when and how we interrupt. We teach them how to listen by how carefully we listen. If they see us admitting that we don’t know something, we encourage intellectual honesty as well as humility. We are always modeling. And the students are always watching. We need to do it better.

The mass-production approach to higher education that dominates at most institutions these days is much more focused on the « efficient » transmission of knowledge than it is on the nurturing of intellectual virtue. And when students notice the neglect of intellectual virtue in their own educational experience, they are likely to neglect it themselves when they are leading their adult lives as teachers and professionals. Lecturing college students about intellectual virtues promises to be about as effective as lecturing M.B.A. students about business ethics. »

Dans les nombreux commentaires qu’a suscités l’article, plusieurs formateurs admirent les vertus mentionnées, mais avouent une certaine impuissance à les transmettre.  D’aucuns parce qu’ils perçoivent qu’il est difficile de renverser la vapeur si de telles valeurs n’ont pas d’abord été transmises au plus jeune age par les parents et l’école primaire; d’autres parce qu’ils alléguent que les institutions d’enseignement supérieur auraient déjà renié certaines de ces vertus.

Source :
Schwartz, Barry et Kenneth Sharpe, « Colleges Should Teach Intellectual Virtues », The Chronicle of Higher Education, 19 février 2012.

L'évaluation des enseignants... une réflexion à poursuivre
Un exemple de pratique délibérée

Exprimez-vous !

*