Pourquoi certaines directions d’université hésitent dans le traitement des cas de plagiat

On décrie beaucoup le manque d’ardeur de certaines directions à prendre action dans les cas de plagiait, notamment les thèses plagiées.

Dans sa dernière publication, Michelle Bergadàa expose deux ambiguïtés dans lesquelles les directions d’établissements universitaires se retrouvent lorsqu’il est question de plagiat :

  • Une ambiguïté centrale : Dois-je aborder le problème du plagiat en fonction de mon poste (métier) qui est de gérer ou en fonction de la mission de l’institution (mission) qui est de former?
  • Une ambiguïté de décision : Quelle est la meilleure stratégie d’action pour faire face au problème du plagiat : entreprendre un changement significatif, tout en connaissant la lenteur de tout processus de changement dans le milieu universitaire, ou choisir une solution rapide et partielle parce qu’il y a urgence d’agir?

Dans une dépêche antérieure, il avait été question de la première ambiguïté :

Les cas des thèses plagiées confrontent les universités à un dilemme de taille : protéger la réputation de ses membres OU protéger la valeur des nouvelles connaissances produites en son sein ainsi que la valeur des diplômes qu’elle octroie.

Source : 

Bergadàa, M.  Petit manuel à l’usage des dirigeants d’établissements universitaires qui n’ont pas (encore) compris le concept de plagiat commis par des étudiants. Janvier 2012.  Disponible sur le site Internet: Fraude et déontologie selon les acteurs universitaires.

Horizon Project Retreat : des experts identifient des méta-tendances quant aux technologies en soutien à la formation
CES 2012: tendances technologiques à surveiller

Exprimez-vous !

*