Une explication pour les bons élèves qui échouent rendus à l’université

Science Daily rapporte qu’une étude récente s’est intéressée aux élèves albertains qui avaient un excellent rendement au secondaire et qui éprouvent des difficultés une fois parvenus à l’université. On a observé que ces étudiants avaient souvent des difficultés de compréhension de lecture non identifiées parce qu’ils avaient développé des stratégies compensatoires. Au niveau universitaire, ces stratégies compensatoires ne suffiraient plus à composer avec la complexité des connaissances à apprendre. Ces étudiants n’arrivent pas à former une vue d’ensemble du sens d’un texte qu’ils lisent.

Les principales faiblesses cognitives sous-jacentes qui expliquent ces difficultés se situent au niveau de la mémoire de travail et du traitement simultané de plusieurs informations.

Les auteurs proposent une solution en deux volets : l’application d’une méthode de lecture plus structurée et un programme de lectures abondantes (pour plus de détails, suivez le lien vers l’article).

Dans un contexte de soutien à la réussite, il s’agit d’une piste intéressante pour appuyer certains étudiants en difficulté. Par ailleurs, l’existence du pallier intermédiaire du cégep au Québec fait peut-être en sorte que c’est au collégial que se joue la persévérance scolaire de ces étudiants.

Source :

(2012) High-School High Achievers Who Flounder in University: Some Students May Have Undetected Reading Comprehension Difficulties. « Science Daily ». 25 janvier 2012. Téléaccessible à l’adresse : http://www.sciencedaily.com/releases/2012/01/120125151839.htm

Interne : Programmes pour devenir gestionnaires de communauté et autres métiers du numérique
Tendances techno à surveiller en 2012

Exprimez-vous !

*