De nouveaux modes de certification : se former et recruter… à moindre coût

Nous avons déjà fait état de la tendance qui semble vouloir se dessiner autour des modalités « alternatives » de certification. Pensons par exemple aux universités d’entreprise, au phénomène des badges ainsi qu’à la volonté annoncée dans la foulée du lancement de MITx d’offrir une certaine forme de certification.

Un commentaire de l’économiste Richard Vedder paru dans le Chronicle of Higher Education se positionne en faveur de la diversification des modalités de certification. Le ton est résolument provocateur, par exemple lorsqu’il parle d’un programme d’études comme étant simplement « a collection of courses», ou lorsqu’il utilise le qualificatif d’« Accreditation Cartel » pour désigner les organismes d’accréditation traditionnels qui cherchent à défendre les intérêts de leurs clients, soit les institutions d’enseignement.

Son commentaire a néanmoins le mérite d’exposer clairement la situation prévalant aux États-Unis, suite à l’annonce de l’alliance entre StraighterLine (une entreprise offrant des cours en ligne dont nous avions déjà parlé ici), Education Testing Service (l’organisme qui gère notamment les tests SAT et TOEFL) ainsi que le Council on Aid to Education pour offrir des mécanismes de certification permettant aux étudiants de se voir reconnaître des compétences qu’ils pourraient faire valoir auprès d’employeurs potentiels. Vedder voit dans ce partenariat le résultat d’un contexte économique difficile qui inciterait les étudiants, réfractaires à investir dans une formation universitaire, à explorer d’autres façons de se former et de faire reconnaître leurs aptitudes. De leur côté, les employeurs seraient de plus en plus nombreux à vouloir embaucher des gens dont les qualifications sont reconnues, mais sans être diplômés d’institutions reconnues… et ce à un salaire moindre que celui versé à un diplômé universitaire.

Source : Richard Vedder, “Beware : Alternative Certification is Coming”, The Chronicle of Higher Education, 23 janvier 2012.

Open Study : vers une salle d'étude planétaire ?
Forte progression de l'utilisation des tablettes et liseuses en 2011

Commentaires

  1. Jean-Sébastien Dubé a écrit:

    Je trouve ce mation un article sur le phénomène des badges dans « Le Carrefour », journal interne de la TÉLUQ : http://benhur.teluq.uquebec.ca/~carrefou/carrefour190112.html#w10

    Pas vraiment de nouveau, mais intéressant de voir comment des collègues spécialisés dans la FAD voient cette tendance.

Exprimez-vous !

*