Le blogue « La Webéducation » : compétences pédagogiques des enseignants au collégial et bien plus…

Par le biais du CTREQ -RIRE (Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec – Réseau d’Intervention pour la Réussite Éducative), je découvre avec intérêt le blogue La Webéducation [Faut-il y voir une référence indirecte à la série Web La déséducation ?] animé par Vincent Beaucher, doctorant à la Faculté d’éducation de l’UdeS.  En place depuis septembre 2011, il regroupe pour le moment une dizaine de textes qui « touche[nt] le monde de l’éducation, aussi vaste soit-il, mais toujours d’intérêt pour les chercheurs, les formateurs et surtout les praticiens, peu importe l’ordre d’enseignement » [emphase dans le texte original].  Le défi des collaborateurs à ce site : ils doivent se limiter à 1000 mots !  Leurs textes doivent néanmoins s’appuyer sur des « fondements théoriques solides » et leurs propos doivent être vulgarisés. 

Parmi les auteurs ayant collaborés jusqu’à présent, outre un texte de Beaucher lui-même, on retrouve les professeurs Charles-Henri Amherd (développement professionnel des enseignants aux primaire et secondaire) et Chantal Beaucher (rapport au savoir) de l’UdeS, Anderson Araújo-Oliveira de l’UQAT (apprentissages en univers social)les doctorants André-Sébastien Aubin (évaluation des apprentissages), Vincent Martin (adaptation de l’enseignement), etc.  Les textes vont de la réflexion théorique à l’expérience de pratique.  Si plusieurs concernent les ordres primaire et secondaire, certaines questions s’appliquent bien à l’enseignement supérieur…

Ainsi, c’est le récent billet de Josée-Anne Côté (19 décembre 2011), une autre doctorante et chargée de cours en chimie à l’UdeS, qui m’a attiré vers ce nouveau blogue : « Enseigner au collégial – la compétence disciplinaire vs. la compétence pédagogique » Rappelant deux profils de compétences des enseignants au collégial – l’un développé par des chercheurs de PERFORMA (1999) et un autre du Conseil supérieur de l’éducation (2000) – elle fait ressortir l’importance des habiletés reliées à collaboration pour la mise « en œuvre [d’]une formation cohérente pour les élèves », ainsi que le besoin de formation continue, tant au niveau disciplinaire que pédagogique.  Elle s’attarde ensuite à démontrer le caractère professionnel de l’acte d’enseigner.

S’appuyant sur un récent sondage mené auprès de 44 étudiants du collégial, elle fait valoir que les principales caractéristiques de l’enseignant « idéal » cités par les répondants sont d’abord la disponibilité (27 mentions), suivie de l’équité (16) et du dynamisme (15).  Cela l’amène à s’interroger sur la prévalence de l’expertise disciplinaire dans les critères d’embauche au collégial :

Ainsi, bien que personne ne conteste l’importance des connaissances disciplinaires des enseignants, l’importance de la pédagogie ressort fortement. Des qualités personnelles, le bon jugement éthique et des pratiques pédagogiques sont nécessaire [sic] parce qu’elles permettent à l’élève d’apprendre et de s’épanouir dans un environnement de classe sain. Pourquoi, donc, l’expertise disciplinaire reste encore le critère prioritaire de l’embauche des enseignantes et enseignants de collégial? À quand une formation pédagogique obligatoire?

Si l’on peut critiquer la solidité de l’argumentaire, n’y a-t-il pas lieu de poser ce même genre de question quant à l’enseignement universitaire ?

Sources :

Beaucher, Vincent, « À propos de ce site », La Webéducation, septembre 2011 [page consultée le 19 décembre 2011]
Côté, Josée-Anne, « Enseigner au collégial – la compétence disciplinaire vs. la compétence pédagogique », La Webéducation, 19 décembre 2011

Comprendre les diplômes français
Transformer ses étudiants en « wikipédiens »... ou comment tirer profit du phénomène Wikipédia

Exprimez-vous !

*