Formation continue Pédagogique

Le blogue « La Webéducation » : compétences pédagogiques des enseignants au collégial et bien plus…

Par le biais du CTREQ -RIRE (Centre de transfert pour la réussite éducative du Québec – Réseau d’Intervention pour la Réussite Éducative), je découvre avec intérêt le blogue La Webéducation [Faut-il y voir une référence indirecte à la série Web La déséducation ?] animé par Vincent Beaucher, doctorant à la Faculté d’éducation de l’UdeS.  En place depuis septembre 2011, il regroupe pour le moment une dizaine de textes qui « touche[nt] le monde de l’éducation, aussi vaste soit-il, mais toujours d’intérêt pour les chercheurs, les formateurs et surtout les praticiens, peu importe l’ordre d’enseignement » [emphase dans le texte original].  Le défi des collaborateurs à ce site : ils doivent se limiter à 1000 mots !  Leurs textes doivent néanmoins s’appuyer sur des « fondements théoriques solides » et leurs propos doivent être vulgarisés. 

Parmi les auteurs ayant collaborés jusqu’à présent, outre un texte de Beaucher lui-même, on retrouve les professeurs Charles-Henri Amherd (développement professionnel des enseignants aux primaire et secondaire) et Chantal Beaucher (rapport au savoir) de l’UdeS, Anderson Araújo-Oliveira de l’UQAT (apprentissages en univers social)les doctorants André-Sébastien Aubin (évaluation des apprentissages), Vincent Martin (adaptation de l’enseignement), etc.  Les textes vont de la réflexion théorique à l’expérience de pratique.  Si plusieurs concernent les ordres primaire et secondaire, certaines questions s’appliquent bien à l’enseignement supérieur…

Ainsi, c’est le récent billet de Josée-Anne Côté (19 décembre 2011), une autre doctorante et chargée de cours en chimie à l’UdeS, qui m’a attiré vers ce nouveau blogue : « Enseigner au collégial – la compétence disciplinaire vs. la compétence pédagogique » Rappelant deux profils de compétences des enseignants au collégial – l’un développé par des chercheurs de PERFORMA (1999) et un autre du Conseil supérieur de l’éducation (2000) – elle fait ressortir l’importance des habiletés reliées à collaboration pour la mise « en œuvre [d’]une formation cohérente pour les élèves », ainsi que le besoin de formation continue, tant au niveau disciplinaire que pédagogique.  Elle s’attarde ensuite à démontrer le caractère professionnel de l’acte d’enseigner.

S’appuyant sur un récent sondage mené auprès de 44 étudiants du collégial, elle fait valoir que les principales caractéristiques de l’enseignant « idéal » cités par les répondants sont d’abord la disponibilité (27 mentions), suivie de l’équité (16) et du dynamisme (15).  Cela l’amène à s’interroger sur la prévalence de l’expertise disciplinaire dans les critères d’embauche au collégial :

Ainsi, bien que personne ne conteste l’importance des connaissances disciplinaires des enseignants, l’importance de la pédagogie ressort fortement. Des qualités personnelles, le bon jugement éthique et des pratiques pédagogiques sont nécessaire [sic] parce qu’elles permettent à l’élève d’apprendre et de s’épanouir dans un environnement de classe sain. Pourquoi, donc, l’expertise disciplinaire reste encore le critère prioritaire de l’embauche des enseignantes et enseignants de collégial? À quand une formation pédagogique obligatoire?

Si l’on peut critiquer la solidité de l’argumentaire, n’y a-t-il pas lieu de poser ce même genre de question quant à l’enseignement universitaire ?

Sources :

Beaucher, Vincent, « À propos de ce site », La Webéducation, septembre 2011 [page consultée le 19 décembre 2011] Côté, Josée-Anne, « Enseigner au collégial – la compétence disciplinaire vs. la compétence pédagogique », La Webéducation, 19 décembre 2011

Comprendre les diplômes français
Transformer ses étudiants en « wikipédiens »... ou comment tirer profit du phénomène Wikipédia

À propos de l'auteur

Jean-Sébastien Dubé

Jean-Sébastien Dubé

Jean-Sébastien Dubé est coordonnateur de la veille et de la gestion des connaissances au SSF. C'est également le rédacteur en chef de L'éveilleur. De par ses fonctions, il se doit d'être touche-à-tout, mais il s'intéresse particulièrement à l’identification et au développement de compétences transversales (numériques et humaines), aux caractéristiques des nouvelles clientèles étudiantes, aux nouveaux espaces d'apprentissage, aux nouvelles formes de certification, ainsi qu'à l’intégration de récits à la formation.

Laisser un commentaire