Mort annoncée de la formation en ligne… Vive la formation ubiquitaire!

Dans un article au titre choc: «The Death of «Online» Learning in Higher Ed», les auteurs Craig Weidemann et Karen Pollack avancent qu’il ne sera bientôt plus question d’apprentissage en ligne.

À première vue la chose étonne, d’autant plus que depuis plusieurs années, on sent l’effervescence autour du tout numérique, de la numérisation, de la médiatisation des contenus de formation, etc.

Chose encore plus étrange, les auteurs sont tous deux engagés dans la formation en ligne à la Penn State University, l’un à titre de vice-recteur à l’apprentissage en ligne et l’autre à titre d’assistant vice-recteur aux programmes hybrides et de premier cycle. Un secteur de formation qui compte aujourd’hui 43 programmes en ligne et dessert 18 000 étudiants, comparativement à 4 programmes et une quarantaine d’étudiants en 1998.

Pourquoi annoncer la fin de la formation en ligne alors que la Penn State University enregistre une progression de ses activités de formation à distance depuis au moins 15 ans?

C’est que, selon les auteurs, le développement des technologies de l’information et de la communication, jumelé aux percées des sciences cognitives appliquées au domaine de la formation et de l’apprentissage sont tels, qu’ils ont changés de façon radicale nos façons de faire et d’apprendre. La question n’est plus de savoir si la formation en ligne se compare au présentiel (des études démontrent que les résultats obtenus par des étudiants dans des environnements en ligne sont les mêmes, sinon meilleurs que dans des contextes traditionnels), mais bien de savoir si la pédagogie permet à l’étudiant d’atteindre les cibles d’apprentissage.

D’après eux, nous sommes passés de l’enseignement en salle de classe à l’apprentissage électronique (elearning) et de l’apprentissage mobile (mlearning) à… l’apprentissage ubiquitaire (ulearning).

Dérivé du mot latin «ubique» qui signifie «partout». La formation «ubiquitaire» prend tout sons sens à l’ère du numérique. Fini les appellations de types MOOC, SPOC, COOC, FLOT et cie, qui définissent davantage le moyen et laisse dans l’ombre le coeur même de la formation qu’est la pédagogie.

Dans «Formation ubiquitaire: vers où converge toute la formation», Olivier Lamiraud écrit:

«Pour imaginer et concevoir un dispositif de formation, une seule question compte : Comment apprend-on ? Comment donner l’envie d’apprendre ? Comment faire évoluer les représentations mentales d’un individu ? Comment lui faire acquérir de nouvelles compétences, maintenir son employabilité?… La formation se conçoit en articulant théories de l’apprentissage et technologies de communication. C’est ainsi que nos dispositifs de formation ont gagné en puissance et en qualité».

Par ailleurs, le domaine de recherche en Environnement Informatique pour l’Apprentissage Humain (EIAH) étudie activement l’apprentissage ubiquitaire depuis plusieurs années. Dans son article «Vers une modélisation des situations d’apprentissage ubiquitaire» (2010), Pierre-Yves Gickel souligne:

«Les dispositifs informatiques pervasifs, mobiles ou ubiquitaires suscitent l’intérêt croissant des concepteurs EIAH. Ces outils permettent en effet de modifier profondément la situation d’apprentissage en intégrant le processus d’apprentissage à la vie courante, personnelle ou professionnelle de l’utilisateur.»

Dans ce contexte d’apprentissage authentique, tout au long de la vie, connecté, mobile, fait de partage, de collaboration, de co-construction, parler de modes de livraison de la formation ne fait plus aucun sens. C’est pourquoi certains prédisent qu‘ubiquité et intégration définiront bientôt la formation et qu’il sera alors question d’expériences d’apprentissages intégrées.

Sources:

Weidemann, Craig, Pollack, Karen, «The death of «online» learning in higher ed», University Business, mars 2016.

Lamiraud, Olivier, «Formation ubiquitaire: vers ou converge toute les formations», elearningletter, 21 mars 2016.

Gicquel, Pierre-Yves, «Vers une modélisation des situations d’apprentissage ubiquitaire», archives ouvertes, 29 juillet 2010.

La NASA finance l'apprentissage adaptatif
Pour accélérer le développement de laboratoires de réalité virtuelle dans les universités

Exprimez-vous !

*